Les tracteurs de série 

Les tracteurs de série 

type Charentes (Série 50-62-70-201)

Suivant les directives de l'Administration Centrale, M. Esbelin, qui avait déjà réalisé le prototype Crochat n° 11, fit transformer une locomotive 130 type Charente du domaine privé de la Compagnie, en vue de son emploi sur la section d'intérêt Local de Matha à Angoulême. Cette réalisation fut suivie d'une seconde, cette fois-ci pour le réseau d'intérêt Général, en utilisant le châssis d'une 130 type I.G.

Esbelin ayant pris sa retraite, cet engin fut terminé par M. Petolon, qui avait, quant à lui, fait confectionner le prototype n° 204 à Toulon-sur-Arroux. Un troisième tracteur fut également construit deux ans plus tard, suivant les directives du nouveau Chef de dépôt, ce qui lui valut une silhouette différente, évitant un long travail de tôlerie e pour la confection de la toiture de la cabine.

Dans ce type, il faut également classer le tracteur de la Vendée, réalisé par M. Brègerie, également ancien chef d'équipe à Toulon- sur-Arroux, à partir d'une locomotive 030 des Tramways de la Vendée. Si pour les trois premiers engins il avait fallu recourir au raccourcissement du châssis, pour ce dernier cette opération ne fut pas nécessaire.

Description du tracteur type Charente (Série 50-62-70-201)

Ces quatre tracteurs reprenaient les mêmes principes que ceux employés pour la série 13-15. Toutefois, leur allure différait légèrement par la forme de la cabine au toit plus enveloppant pour les n° 50 et 62 et débordant pour les deux autres. Les baies étaient toutes de forme rectangulaire avec angles arrondis pour les Charentais, le Vendéen reprenant le modèle en usage sur l'Indre-et-Loire. Les portes coulissaient à l'intérieur de la cabine, sauf pour le 201. La calandre du capot moteur se présentait sous la forme d'un rectangle et le nez du capot était légèrement protubérant. Les rambardes de protection des plateformes de visite du moteur étaient rectilignes sans aucune recherche pour en améliorer leur forme. Elles étaient inexistantes sur le 201, dont le capot moteur était plus massif avec base du nez légèrement inclinée vers l'avant.

Plan des tracteurs série 50 et 62. (Echelle 1/43,5°)
Plan des tracteurs série 50 et 62. (Echelle 1/43,5°)

Le tracteur 201 était le seul possédant une jupe de protection.

Ces quatre engins étaient lestés au moyen de gueuses de fonte placées sous le tablier avant.

Leur livrée était vert foncé avec bordure noire. Les traverses avant et arrière étaient peintes en rouge vermillon avec marquage de couleur jaune pour les initiales et le numéro du véhicule. Des plaques, provenant des machines avaient été fixées sur la cabine :

  • plaque ovale pour le n° 50
  • plaque rectangulaire pour le n° 62
  • numéros peints en jaune pour les 70 et
  • 201.

Livraison et affectations du tracteur type Charente (Série 50-62-70-201)

TRACTEUR 50 (Domaine privé de la Compagnie)

Tracteur n° 50, lors de sa location au réseau de la Vendée (Cliché P. LAURENT)
Tracteur n° 50, lors de sa location au réseau de la Vendée (Cliché P. LAURENT)

Mis en chantier le 8 mars 1941, sa construction fut arrêtée pendant la guerre, en raison du manque de matières premières. Sa fabrication fut reprise par les ateliers de Saint-Jean-d'Angély dès la fin des hostilités et il fut opérationnel le 20 décembre 1944. Employé à la desserte marchandises sur le parcours de Saint-Jean-d'Angély à Angoulême. Il permit de réduire le déficit de cette ligne d'intérêt Local interdépartementale.

Dans un but de démonstration, il fut loué au réseau voisin de la Vendée du 25 mars 1946 au 23 juin 1949. Revenu à son dépôt d'affectation en juillet 1949, il fut banalisé et employé sur toutes les lignes du réseau jusqu'au 9 janvier 1951, date de son départ pour la ligne de la Lozère. Puis le 20 novembre 1951, il fut vendu au Chemin de Fer du Blanc à Argent.

Tracteur type Charentes n° 50 vue en élévation (Cliché J. MOREAU)
Tracteur type Charentes n° 50 vue en élévation (Cliché J. MOREAU)
Tracteur n° 50 vue de face, devant la remise de Saint-Jean-d'angely. (Cliché J. MOREAU)
Tracteur n° 50 vue de face, devant la remise de Saint-Jean-d'angely. (Cliché J. MOREAU)
Le même tracteur vue arrière. (Cliché J. MOREAU)
Le même tracteur vue arrière. (Cliché J. MOREAU)

TRACTEUR 62 (Propriété de l'Etat)

Commencé le 2 janvier 1946, il fut terminé le 1er octobre de la même année. Il effectua le service dévolu au tracteur 50, muté depuis le mois de mars. A partir du 18er janvier 1949, il fut banalisé et employé sur toutes les lignes du réseau. Après être resté sans emploi, par suite de la fermeture des lignes charentaises, il fut muté sur la ligne de la Lozère le 23 novembre 1953. Ce tracteur fit le service de la ligne jusqu'à sa fermeture, puis assura sa dépose. Finalement, il fut mis à la disposition du Chemin de Fer Touristique du Haut-Vivarais.

Tracteur n° 62 sous la remise de Florac (Cliché M. RIFAULT)
Tracteur n° 62 sous la remise de Florac (Cliché M. RIFAULT)

TRACTEUR 70 (Propriété de l'Etat)

Tracteur n° 70 en gare de Florac (Cliché B. ROZE)
Tracteur n° 70 en gare de Florac (Cliché B. ROZE)

Mis en chantier le 8 février 1948, il fut mis en service régulier le 15 décembre 1948. Il assura concurremment avec les deux autres l'écoulement du trafic marchandises sur l'ensemble du réseau jusqu'à sa fermeture. Muté le 6 avril 1951, sur la ligne de la Lozère, il eut le même sort que le tracteur 62. A noter que pendant leur séjour à Florac, ces deux engins furent expédiés à tour de rôle au Cheylard pour leurs différentes R.G.

Tracteur n° 70 sur le faisceau des marchandises de Saint-Jean-d'Angely. (Cliché D. PETOLON)
Tracteur n° 70 sur le faisceau des marchandises de Saint-Jean-d'Angely. (Cliché D. PETOLON)
Tracteur n° 70 lors d'une révision aux ateliers du Cheylard (Cliché M. RIFAULT)
Tracteur n° 70 lors d'une révision aux ateliers du Cheylard (Cliché M. RIFAULT)

TRACTEUR 201 (Propriété du Département de la Vendée)

Plus puissant que les trois Charentais, il possédait un moteur Willème de 180 CV, d'un encombrement plus important, ce qui explique la forme plus capot avant. Entrepris le 4 novembre 1947, il fut livré au service de l'exploitation le 15 juin 1949. Il ne rendit que peu de services au réseau, celui-ci ayant été fermé à la fin de la même année. Garé au dépôt des Sables-d'OIonne, il fut proposé à la vente par le Département. Il fut acquis le 18 octobre 1950 par le Chemin de Fer du Blanc à Argent.

Tracteur n° 201 du réseau de la Vendée, après sa vente au B.A. (Cliché M. RIFAULT)
Tracteur n° 201 du réseau de la Vendée, après sa vente au B.A. (Cliché M. RIFAULT)

source : MTVS 1989-1

Articles connexes

Les premiers essais

le tracteur Petolat des C.F.D.

Afin d'effectuer les nombreuses man?uvres en gare de Gueugnon sur leur résea...

Les premiers essais

Les tracteurs de série

type Indre-et-Loire (Série 11 à 16)

Après la construction du tracteur n° 4, les C.F.D. déterminèrent le type ...

Les tracteurs de série

Les tracteurs de série

type Dordogne (Série 650 à 652)

Destinés à la modernisation du réseau de la Dordogne et commandé par le D...

Les tracteurs de série

Les tracteurs de série

type Montmirail (Séries 851 à 852 et X à Y)

Ces quatre tracteurs faisaient partie des premières réalisations des tous n...

Les tracteurs de série
Contactez-nous