Dictionnaire du ferroviaire

International

I.    Service de frontière. - Y. Douane, Frontière, Service international. Tarifs d'exportation, d'importation et de transit. - V. Exportation et Tarifs.

II.    Territoire international. (Sol des chemins de fer.) - V. Nationalité. Police et Surveillance. (Affaires diverses.) - Y. Police sanitaire, etc.

Voies interceptées par suite d'accident. - V. Accidents et Interception.

Circonstances imprévues ou de force majeure. (Mesures à prendre d'urgence.) - A. Encombrement, Evacuation, Force majeure, Guerre, Inondations, Itinéraire, Neiges, Troupes, etc.

I.    Prescriptions générales. (Art. 27, 31 et 33; ord., 13 nov. 1846.) - V, Ordon nances.

Mesures d'application. - Voir ci-après, l'extr. du rapport d'enq., 8 juill. 1880 :

Rapp. offic. 8 juill. 1880 (Extr.) - « La marche des trains et leur ordre de succession sont déterminés et arrêtés sur tous les réseaux à l'aide de tableaux graphiques dressés avec le plus grand soin par les chefs de mouvement. On y inscrit avant tout les lignes qui représentent le tracé de la marche de tous les trains de voyageurs. On intercale ensuite, dans les vides laissés dans les mailles de ce premier canevas, les lignes représentant le tracé horaire des divers trains de marchandises et on règle les garages et les stationnements de manière à maintenir un espacement suffisant avec les trains de voyageurs, pour éviter toute chance de collision.

En général, c'est au moyen d'un intervalle de temps qu'on s'attache à maintenir entre les trains un espacement suffisant et régulier pour empêcher les collisions, préoccupation constante de l'exploitation.

Je rappelle la règle habituellement suivie dans ce but :

Aucun train (ou machine) ne doit partir d'une station ou la dépasser avant qu'il se soit écoulé, depuis le départ ou le passage du train précédent, un intervalle de 10 minutes.

Toutefois, cet intervalle peut être réduit à 5', dans les cas suivants : - Lorsque le premier train a une marche plus rapide que le second ; - 2° Lorsque la distance à parcourir, sur la même voie, par les trains qui se suivent, n'excède pas 2 kilom.

L'intervalle peut même être réduit à 3' (d'après les règlem. partie, de quelques comp.) lorsque deux trains qui se succèdent à une station d'embranchement doivent à moins d'un kilom. de cette station, suivre chacun une direction différente.

En conséquence, à chaque passage de train ou de machine aux gares où ils ne s'arrêtent pas, on met le disque-signal à l'arrêt aussitôt que le train ou la machine l'a dépassé, et ce signal est maintenu après le passage pendant le temps réglementaire.

En pleine voie, le signal d'arrêt est fait et maintenu par les agents de la voie pendant les cinq minutes qui suivent le passage d'un train de voyageurs et pendant les dix minutes qui suivent le passage d'un train de marchandises.

Les règlements fixent en outre généralement un second délai qui suit le premier, et pendant lequel on doit présenter aux trains un signal de ralentissement.

Ce système, quand il est appliqué avec vigilance, peut offrir des garanties de sécurité suffisantes; mais, sans énumérer tous ses inconvénients, il a le défaut capital de laisser une trop large place aux négligences des agents. » - Voir ci-après, § 2.

Système de cantonnement et signaux divers (ayant pour objet de maintenir l'intervalle réglementaire entre les trains, par applic. des art. 27, 31 et 33 de l'ordonn. de 1846. - V. Block-System. et Cloches électriques.

II.    Surveillance spéciale. - Tous les règlements des compagnies, approuvés par le ministre, sont unanimes pour prescrire aux agents d'observer rigoureusement les dispositions ayant pour objet l'intervalle à maintenir entre les trains et de faire en pareille circonstance, lorsqu'il y a lieu, les signaux nécessaires. - V. Collisions, Conducteurs de trains, Disques, Gardes-lignes, Surveillance, Travaux et Voie.

I. Circulation autorisée. - Service du contrôle, et personnel judiciaire et administratif. - (Agents et fonclionnaires désignés à l'art. 62 de l'ordonn. du 13 nov. 1846, et aux art. 33, 36, 38 du cah. des ch., etc., etc. - Magistrats et fonctionnaires divers.) - V. Libre circulation.

Voyageurs munis de leurs billets. (Admission sur les trottoirs.) - V. Gares, § 6.

II.    Personnel industriel. - Agents des buffets. (V. Buffets.) - 2? Personnes étrangères au service dos chemins de fer. (Art. 61, ordonn., 15 nov. 1846.) (Voir Industries et Personnes étrangères. - 3° Personnel des expéditeurs. - V. Manutention.

Introduction sur un chemin industriel. « Le fait par un individu, de s'introduire dans l'enceinte de la voie ferrée d'un chemin industriel, en brisant la clôture et pour y couper des osiers, constitue une conlrav. à l'art. 61, 1°, de l'ord. de 1846, un délit prévu et réprimé par l'art. 456 du Code pénal, et une tentative de délit prévue et réprimée par l'art. 401 du même Code. » (Tr. corr. Chalon-sur-Saône, 3 juillet 1879.)

III.    Introduction entre les véhicules (dans les manoeuvres). - V. Manoeuvres et Manutention.

IV.    Introducticn d'animaux sur les voies ferrées. (Infractions.) - V. Bestiaux.

I.    Service des compagnies. - Outre les constatations spéciales relatives au matériel et aux appareils de chauffage, d'éclairage, etc., la tenue de l'inventaire du petit matériel, du mobilier, des fournitures diverses et des imprimés, constitue l'une des parties importantes du service intérieur des gares. Des instr. spéc. sont données à cet égard aux agents. Mais comme les ordres de service relatifs à cet objet ne sont pas uniformes pour toutes les compagnies de ch. de fer, nous nous bornerons à rappeler que, sur la plupart des lignes, les inventaires tenus en double (un exemplaire pour la gare, un exemplaire pour le chef du mouvement) sont de trois espèces, savoir :

Inventaire d'ouverture. Celui qui est établi, lorsqu'une gare ou une station est ouverte au service de l'exploitalion ; - 2° Inventaire annuel. Celui qui est fait chaque année par l'inspecteur de l'exploitation ou son suppléant; - 3° Inventaire d'installation. Celui qui est fait au moment de l'arrivée d'un nouveau chef de gare ou de station.

Fournitures d'objets. - Les objets envoyés sont reçus par le chef de station ; leur arrivée est constatée par cet agent, en présence d'un insp. ou do son suppléant, et pointée sur l'inventaire.

Objets non inscrits sur l'inventaire. - On ne mentionne pas ordinairement dans les inventaires les fournitures diverses d'un usage journalier, qui doivent être renouvelées tous les jours, tous les mois ou même chaque année, et qui sont désignées sous le titre de fournitures fongibles, telles que chiffons, balais, fournitures de bureau, imprimés, verres de couleur, cheminées, approvisionnement de piles télégraphiques, etc. (Inst, spéc.)

Objets disparus. - Tout objet disparu est mis à la charge du chef de gare, à moins que ce dernier ne justifie en avoir fait la remise entre les mains d'un des agents placés sons ses ordres. Dans ce cas, le prix d'imputation est retenu sur le traitement ou sur le cautionnement de l'agent auquel la responsabilité de l'objet a été déléguée. (Ibid.)

II.    Bureaux des ingénieurs et autres fonctionnaires du contrôle. - Les inventaires tenus dans les bureaux des ingén. dos p. ch., attachés aux services de contrôle, sont dressés d'après les dispositions en vigueur pour le service général des p. et ch. (Instr. minis. du 28 juill. 1852.) - Voir, à ce sujet, les renseignements donnés au mot Bureaux, où nous avons reproduit l'instr. min. du 1" sept. 1866 intéressant spéc. le service de contrôle de l'expl. des ch. de fer. - Ladite cire, est accompagnée des modèles de registres d'ordre et d'inventaire à tenir notamment par les commiss. de surv. adm. et les insp. de l'expl. commerciale.

Changements de service. - Le registre d'inventaire est un document appartenant essentiellement au bureau dans lequel il est tenu. Il sert naturellement de base aux formalités de remise de service, lorsqu'il y a lieu d'y procéder en cas de mutation ou de changement du titulaire. Pour les commiss. de surv. admin., le procès-verbal de remise, outre les

objets courants du service, doit toujours comprendre l'écharpe, le timbre-cachet et la carte de circulation.

Indications spèciales. - V'. Bureaux, Franchises, Personnel, Projets.

Prescriptions communes à tous les ingénieurs. - Une cire, minist. du 16 nov. 1869 avait établi pour tous les services d'ingén. de l'admin. des p. et ch., au point de vue de la tenue des inventaires, une classification générale qui comprenait les points ci-après (mentionnés seulement p. mém., ces indications ayant été modifiées par des instructions ultérieures. - Voir plus loin.)

« 2e section. (Personnel.) - Ch. 9. Ingénieurs et sous-ingénieurs. - 10. Inspecteurs des chemins de fer. - 11. Conducteurs. - 12. Commissaires de surveillance. - 13. Employés secondaires... »

« 12e section. (Chemins de fer.)

1° Construction. -Ch. 120. Travaux neufs et de grosses réparations. - 121. Alignements, récolements. - 122. Contraventions. - 123. Objets divers ;

2» Contrôle des travaux. - Ch. 124. Travaux d'entretien. - 125. Travaux neufs et de grosses réparations. - 126. Alignements, récolements.- 127. Objets divers;

3° Contrôle de l'exploitation. - Ch. 128. Surveillance générale. - 129. Police des stations. - 130. Matériel. - 131. Composition et circulation des trains. - 132. Contraventions. - 133. - Accidents. - 134. Tarifs. - 135. Traités particuliers. - 136. Statistique. - 137. Objets divers.

Modifications. - Ainsi que nous l'avons fait connaître au mot Bureaux, l1'? note du | 6, la classification prescrite pour les inventaires des bureaux d'ingénieurs a été de nouveau modifiée par des instr. complémentaires des 31 oct. 1879, 3 mai 1880, etc. - Les circulaires précitées n'ayant pas un intérêt direct pour le service proprement dit des chemins de fer, et se trouvant dans tous les bureaux d'ingénieurs de même que les autres instructions se rapportant au même objet, nous avons cru pouvoir nous dispenser de les développer dans ce recueil.

I.    Commission ministérielle (instituée pour l'examen des inventions et règlements). - Et suppression de cette commission qui a été remplacée par le comité de l'expl. technique des ch. de fer, comité chargé de donner son avis sur les projets de règlements et sur les inventions intéressant la sécurité. - V. Comités, § 2, et Commissions, § 3.

Nouveaux appareils approuvés ou recommandés par l'admin, (à la suite d'enquêtes spéciales, ou d'études faites par les commissions et comités institués auprès du ministère des tr. publ. et par les services de contrôle.) - V. Appareils, §§ 4 et S, Aiguilles, Bifurcations, Block-system, Cloches électriques, Enclenchements, Enquêtes, Freins. Intercommunication, Matériel roulant, Passages à niveau, Signaux, Sonneries, Trains, Vitesse, Voie, Voie unique et Voyageurs.

II.    Inventions émanant des compagnies. - (Extr. d'une cire. min. du 15 mars 1858, adressée aux compagnies.) - « Indépendamment des affaires auxquelles donnent lieu, sur les ch. de fer en exploitation, les nouveaux systèmes recommandés par l'adm., les comp. entreprennent souvent, d'après leur seule initiative, des expériences sur des appareils qui leur sont directement proposés et qui ont pour but, soit d'augmenter la sécurité de la circulation, soit de perfectionner, dans un intérêt général, les conditions d'expl. de ces nouvelles voies. -Par une cire, du 18 mars 1858, adressée aux administrateurs des ch. de fer, le min. leur a fait connaître qu'il ne pouvait qu'encourager ces tendances des comp. et qu'il les verrait toujours avec satisfaction s'associer aux travaux des hommes spéciaux et faciliter leurs recherches ; mais il désire qu'à l'avenir aucune expérience ne soit autorisée par une compagnie sans que lesingén. du contrôle en soient officiellement informés. - Il importe, en effet, que ces fonctionnaires, qui représentent l'adm. supér., ne soient pas tenus dans l'ignorance d'inventions nouvelles, de procédés nouveaux qui peuvent être appelés à faire faire de nouveaux progrès à l'industrie des ch. de fer; il importe également qu'ils soient mis en mesure de signaler particulièrement

à l'admin. celles de ces inventions dont il y aurait lieu de conseiller ou même de prescrire la mise en pratique. - Enfin, à un autre point de vue, les connaissances spéciales et les lumières des ingénieurs du contrôle, no peuvent, en pareille circonstance, que profiter à la fois aux inventeurs et aux compagnies. »

Rapports des ingénieurs. - Les ingénieurs en chef du contrôle ont été invités en même temps à assister ou à se faire représenter aux expérimentations de cette nature, afin de rendre compte du résultat au ministre par un rapport contenant leurs observations et leur avis personnel sur le mérite de l'invention.

Contrefaçon des procédés (imaginés par les compagnies). - V. Contrefaçon.

III. Innovations sur les chemins de fer étrangers. - Parmi les appareils rentrant dans les catégories énumérées ci-dessus, au § 1er, quelques-uns d'entre eux ont incontestablement pour origine des applications faites sur des chemins ou par des ingénieurs étrangers. - Mais comme l'immense labeur effectué en propre sur nos voies ferrées nationales serait déjà très suffisant pour donner un intérêt majeur à un livre surtout plus complet et plus étendu que le nôtre, nous n'avons pu songer à compulser ce qui se passait dans les autres pays en matière de chemins de fer, étant persuadé d'ailleurs qu'à peu de chose près, les procédés ont de part et d'autre une grande analogie. - C'est donc par exception que nous donnons le court programme ci-après de quelques-unes des inventions et applications nouvelles signalées par les ingénieurs belges, envoyés en mission à l'étranger en 1879 et 1880 (Compte rendu de 1882) :

Angleterre. - Expérimentation du procédé Bower, pour la préservation des produits sidérurgiques, et emploi des machines Mogul, pour la traction des trains lourdement chargés (Compagnie du Great-Eastern).

Allemagne. - Procédé pour l'allumage rapide des locomotives (Chemin de Berlin-Stetlin). - Emploi des tubes en fer pour toutes les locomotives (chemin de fer Khénan), et instruction des apprentis dans les ateliers (Chemin de fer de Berg-Mircli.).

Indications détaillées. (V. le Journal officiel français, n' du 13 oct. 1882 d'où nous avons extrait les renseignements très résumés qui précèdent.)

I.    Cartes, plans et graphiques itinéraires, profils, etc. (à joindre aux projets de travaux de chemins de fer.) - Voir les mots Cartes, études, Enquêtes, Gares, Haltes, Plans, Projets, Stations, etc.

Plan définitif de la ligne. (Délimitation des, terrains.) - V. Bornage.

Profils itinéraires des lignes en exploitation. - Dans les divers services de chemins de fer, il est fait usage, notamment pour certaines affaires relatives à la voie, de prolits itinéraires, dressés à l'échelle de0m,02 pour 1000?, avec échelle facultative pour les hauteurs. - Ces profils donnent ordinairement les indications suivantes : lro ligne (super.), Départements; V' id., Communes; 3e id., longueur des alignements droits et rayons des courbes; 4? id., Paliers, pentes et rampes; S1, ligne (interméd.), Profil eu long (déblais et remblais); 6 e ligne (interméd.), Ouvrages d'art: 7' ligne id., Gares, Stations, Haltes, Disques et Passages à niveau ; 8' ligne (inférieure), Kilométrage; 9" id., Distance des stations entre elles; 10' ligne et suivantes, Subdivisions des services (conducteurs et agents de la voie, commiss. de surv. admin., etc., etc.); indications facultatives.

Aucune instr. gén. n'ayant réglé la forme des itinéraires dont il s'agit, nous n'avons pu que nous borner aux indications succinctes qui précèdent et qui peuvent varier suivant les services et suivant la distribution de la surveillance.

II.    Itinéraire des trains. - (Art. 43. Ordonn. du 15 nov. 1846 ; Extr.) « Des affiches placées dans les stations font connaître les heures de départ des convois ordinaires de toute sorte, les stations qu'ils doivent desservir, les heures auxquelles ils doivent arriver à chacune des slations et en partir. » - Mais, malgré l'expression « de toute sorte » cette

disposition de l'ordonn. de 4846 ne s'applique pas aux trains de marchandises dont l'indication des itinéraires dans les affiches serait inutile pour le public et produirait du reste une confusion pour les voyageurs. - Les trains de marchandises figurent seulement dans les tableaux de la marche des trains soumis à Vapprob. de l'admin. en vertu du | 2 du même art. 43 de l'ordonn. de 184G (V. Ordres de service). - Ils figurent également, bien entendu, sur tous les tableaux, livrets et graphiques du service intérieur des compagnies (Voir le môme mot Ordres de service et Graphiques). - Les tableaux de la marche des trains concernant spéc. les voyageurs doivent êlre affichés 8 jours au moins avant leur mise à exécution. - V. Affichage. - Les compagnies ne peuvent y insérer aucune disposition spéciale qui n'ait été au préalable approuvée par l'admin. (Id.)

Voitures de correspondances. - Au sujet de l'itinéraire des omnibus desservant les gares pour le transport des voyageurs. - Voir les mots Omnibus, Traités, etc.

Inobservation de l'ilinèraire de marche. - « Le mécanicien qui passe une station, sans s'y arrêter, lorsque cet arrêt a été prévu par les ordres de service, commet une infraction au régi., et est punissable correctionnellem., en vertu de l'art. 2t de la loi du la juillet 18i5. » (Trib. correct. Compiègne, S nov. 1862, cond. d'un mécanicien à 16 fr. d'amende.)

11 est inutile de faire ressortir les conséquences graves que pourrait avoir à un moment donné, pour la sécurité, le fait reprimé par le jugement précité du tribunal de Compiègne. Les infractions de cette nature sont heureusement exceptionnelles, et on en trouverait, sans doute, bien peu d'exemples sur les divers chemins de fer.

II bis. Choix de l'itinéraire pour le voyageur. - Lorsque pour se rendre d'un point à un autre, la configuration du réseau (ou des réseaux), permet de choisir entre deux itinéraires, le voyageur a le droit de prendre l'itinéraire qui lui convient, à la condition de payer le tarif qui s'applique à cet itinéraire. (Règle générale.) - D'un autre côté, lorsque le voyageur ne désigne pas un itinéraire de son choix, il est toujours dirigé par la voie la plus courte qui doit être aussi la plus économique. (Décis. min. 13 août 1868 relative au régi, concerté entre les comp. d'Orléans et du Midi. Extr.) Itinéraire fixé aux militaires. V. Feuilles de route.

Circonstances de force majeure. (éboulcments, inondations, etc.) - Y. Force majeure.

III. Itinéraire normal des marchandises. - Choix de l'itinéraire par l'expéditeur. - (Cire. min. du 28 mai 1867 ; Extr.) - « Les expéditeursjont un droit absolu de choisir l'itinéraire qui devra être suivi pour leurs marchandises, à la condition de payer le tarif qui s'applique à cet itinéraire. » (Y. Expéditeurs.) - V. aussi plus loin au §4.

Application des tarifs (suivant l'itinérairc-désigné). - Deux itinéraires étant donnés soit sur un réseau, soit sur des réseaux différents, l'expéditeur a le droit absolu de choisir l'un ou l'autre, à la condition de payer le tarif qui s'applique à cet itinéraire (Tr. connu. Perpignan,26 oct. 1866. - Décis. minist. 28 mai 1867. - V. Expéditeurs.

A défaut d'ordre ou d'indication spéc., les transports doivent être effectués par la voie la plus courte, qui doit être en même temps la plus économique. (Décis. min. 13 août 1868, relative au régi, concerté entre les comp. d'Orléans et du Midi.)

Toutefois les compagnies ont la faculté de diriger les expéditions des marchandises par l'itinéraire de leur choix, pourvu qu'elles se conforment aux prescriptions susvisées, c'est-à-dire qu'elles appliquent la taxe la plus économique et qu'elles rendent les marchandises dans les délais prescrits pour la voie la plus courte.

Désignation insuffisante du tarif le plus réduit. - D'après le trib. de comm. de la Seine (26 nov. 1884 ), « c'est à l'expéditeur qu'il appartient d'indiquer aune compagnie de chemin de fer la direction qu'il entend faire suivre à ses marchandises, même lorsqu'il a demandé l'application du tarif le plus réduit. - La compagnie doit seulement aider l'expéditeur de ses renseignements, sans encourir de ce chef d'autre responsabilité que

celle de droit commun. » - (Affaire relative à un transport par grande vitesse.) -Dans cette matière, si fertile en discussions comme tant d'autres se rapportant à l'application des tarifs de ch. de fer, la C. de cass. n'a pas toujours partagé l'avis des tribunaux de commerce, notamment dans une affaire Fischer, où un jugement du trib. de comm. de Nancy, 7 mai 1883, condamnant la comp. de l'Est, au remboursement d'un colis égaré et livré tardivement, ainsi qu'au payement de dommages-intérêts, a été cassé, 27 janv. 1883, parle motif que l'itinéraire le plus court n'avait point été choisi nonobstant la demande au tarif le plus réduit. - L'arrêt de la C. de C. est ainsi libellé (Exlr.) :

« Vu l'art, 7 de la loi du 20 avril 1810, et les art. 2 et 3 de l'arr. min. du 12 juin 1866 ;

-    Attendu que le jugement attaqué a condamné la comp. de l'Est à des domm.-intérêts, pour retard dans le transport et la livraison d'un panier d'asperges expédié au Sr Fischer, de Perpignan à Nancy, par grande vitesse, sans constater l'heure à laquelle le colis a été remis à la gare de Perpignan ; - Qu'aux termes de l'arrêté précité, l'heure de la remise à la gare d'expédition étant le point de départ des délais de transport et de livraison, l'omission signalée dans le jugement attaqué ne permet pas de reconnaître si, en effet, la comp. de l'Est a négligé de se conformer aux prescr. des régi, et s'il a été fait à la cause une juste applic. de la loi ; - Qu'à défaut de la mention précise de l'heure à partir de laquelle les délais doivent être calculés, le jugement attaqué manque de base légale et a par suite violé les textes susvisés... » (C. C., 27 janv. 1885.)

Modification obligée d'itinéraire. - Voir plus loin, au § 4, les dispositions et instructions relatives aux changements d'itinéraire motivés par des circonstances exceptionnelles ou imprévues. (Accidents, Inondations, Interception de voies, Force majeure, etc.)

Réclamations non admises (après payement préalable du prix de transport). - Applic. de l'art. 105 du G. de comm. - Une comp. de ch. de fer est en droit de se prévaloir de l'exception contenue dans l'art. 105 du Code de comm., au cas où l'action à elle intentée par un expéditeur de marchandises repose sur une prétendue infraction au contrat de transport (demande du tarif le plus réduit, devant entraîner l'applic. d'un tarif spécial et, par suite, l'adoption d'un itinéraire déterminé). - Trib. civil de Saint-Calais, 16 nov. 1883. - Déjà, la Cour do cass. avait tranché, dans le sens ci-après la réclamation d'un expéditeur qui s'était borné à demander le tarif le plus réduit, sans parler d'itinéraire, et, avait intenté une action contre la compagnie, après réception de la marchandise et payement du prix de transport, pour avoir fait suivre à la marchandise une direction plus coûteuse que celle que comportait l'itinéraire normal. - Voici le résumé du jugement du trib. de comm. et de l'arrêt de la Cour :

Itinéraire non indiqué par l'expéditeur.- (Réclamation après payement du prix de transport.)

-    (Tr. comm. Sedan, 1" juin 1877.) - « L'expéditeur n'ayant pas indiqué la voie ferrée à suivre, la comp. de l'Est, qui a en mains la ligne de Lérouville (plus courte et moins coûteuse), a eu tort d'expédier par une autre direction (plus longue) les colis en question, de manière à créer, à son profit, une différence de prix. - C'est à tort que la comp. de l'Est prétend qu'un itinéraire doit lui être fixé, les comp. de ch. de fer se reliant entre elles pouvant facilement faire prendre aux colis la direction la plus avantageuse à l'expéditeur; - les comp. de ch. de fer, étant investies d'un monopole, n'ont pas le droit d'en user à leur gré avec le public, mais doivent, au contraire, faire l'application du tarif le moins coûteux. »

Admission de la fin de non-recevoir de la compagnie (par suite du payement effectué du prix de transport). - La C, de cass., 5 août 1878, a annulé le jugement précité du tr. de comm. de Sedan, a attendu qu'il a rejeté, implicitement et sans donner aucun motif, l'exception de l'article 105 du Code de commerce opposée par la compagnie ». - V. aussi Fin de non-recevoir.

Dans une circonstance plus récente, la Cour de cassation s'est de môme prononcée ainsi qu'il suit, contrairement à la décision des premiers juges : « Le fait de n'avoir pas transporté par la voie la plus directe les marchandises à elle remises en gare de Queslembert, par le sieur Noury, constituait de la part de la comp. d'Orléans une faute dans l'exécution du contrat de transport; mais cette faute a été couverte par la réception de la marchandise et le payement du prix de transport, sans protestations, ni réserves; - Dès lors, en repoussant l'exception tirée de l'article 105 du Code de commerce, le jugement

attaqué a -violé ledit article : - Par ces motifs, casse et annule... » (G. C. 24 déc. 1884) - Voir au sujet de cette question si controversée de l'applie., en matière de ch. de fer, de l'art. 105 du C. de commerce les mots Fin de non-recevoir, Payement préalablePreuves et Vérification.

III bis. Itinéraire des transports empruntant plusieurs réseaux. - En l'absence d'un règlement d'ensemble ou d'une instr. gén. déterminant les obligations des compagnies au sujet de la direction la plus courte et la moins coûteuse à donner aux marchandises qui empruntent plusieurs réseaux, nous nous bornons à résumer sur ce point, par ordre de date, les documents les plus explicites de la jurispr. des cours et tribunaux :

Itinéraire indiqué pour un transport commun entre deux compagnies. - (Jurispr. de la C. de cass. au sujet de l'appl., des art. 49, 50 et 61 du cali. des ch. et de la cire. min. précitée du 28 mai 1867.)

Arrêt, C. G., 20 juillet 1878 ; Comp. de P.-L.-M. - « Sur le premier moyen, tiré de la violation des art. 49 et 50 du cah. des ch. de la compagnie, par suite de la fausse applic. de la cire, minist. du 28 mai 1867 : - attendu que la compagnie demanderesse prétendait n'être point tenue de l'obligation de faire parvenir des marchandises, à un point situé en dehors de son réseau, par une ligne que désigne l'expéditeur;

Attendu que, si l'obligation dont il s'agit ne résulte pas des art. 49 et 50, elle résulte de l'article 61 du cah. des ch. ; qu'en effet, aux termes du § 5 de cet art. 61, les compagnies dont les lignes se joignent sont tenues de s'arranger entre elles, de manière que le service des transports ne soit jamais interrompu au point de jonction, et qu'évidemment l'interruption qu'on a voulu prévenir aurait lieu, si, au point de jonction, devait nécessairement se tenir un destinataire chargé de recevoir la marchandise pour la réexpédier après ;

Sur le deuxième moyen, tiré de la violation de l'art. 1153 et de la fausse applic. de l'art. 1378 du Code civil : - attendu que le jugement attaqué constate, en fait, que l'entrave apportée par la compagnie demanderesse aux expéditions par la voie de Sens est le résultat d'une entente entre elle et la comp. de l'Est, entente ayant pour but de favoriser le trajet par Gray, au profit de la comp. de l'Est et au préjudice de l'expéditeur ;

Que la mauvaise foi de la compagnie demanderesse est, dès lors, suffisamment établie et qu'ainsi c'était bien le cas de faire application de l'art. 1378 du C. civil (1). (C. C., 20 juillet 1875 et dans le même sens, 24 février 1875.)

Demande du tarif le plus réduit jusqu'à destination (sans indication d'tinéraire). - Un expéditeur de marchandises transportées sur plusieurs réseaux, pour lesquelles il a demandé le tarif le plus réduit jusqu'à destination, se plaint qu'une compagnie intermédiaire ne leur ait pas fait suivre la voie la plus économique et la plus courte tout à la fois, mais qui aurait exigé l'emprunt d'un autre réseau, et réclame le remboursement du supplément de frais de transport ainsi occasionné. - Le trib. de comm. de Cette, saisi de l'affaire, a condamné ladite compagnie intermédiaire au remboursement réclamé, - par le motif qu'elle devait diriger les marchandises par la voie dont le prix du transport était le plus réduit. (Jugem. du 12 mai 1881). - Mais la C. de cass. a donné raison à la compagnie par les motifs suivants : « L'expéditeur qui veut que sa marchandise suive un itinéraire empruntant un autre réseau, au lieu de suivre, sur tout le parcours, le réseau de la compagnie à laquelle il remet ladite marchandise, - doit indiquer cet itinéraire. - Cette indication ne saurait s'induire de la seule demande du tarif le plus réduit jusqu'à destination, mentionnée dans la déclaration d'expédition... » (C. de C., 20 mai 1885.) - Déjà, un arrêt analogue avait été rendu par la même cour (3 févr. 1885), sur l'appel fait, par l'admin. des ch. de fer de l'Etat, d'un jugem. du trib. de comm. de Limoges du 5 juillet 1882. Voici le résumé principal de l'arrêt dont il s'agit :

« Une comp. de ch. de fer, à laquelle un expéditeur remet ses marchandises sans désigner l'itinéraire à leur faire suivre, doit les transporter par l'itinéraire le plus court. - Mais ce principe comporte des exceptions, notamment dans le cas où lesdites marchandises doivent emprunter plusieurs réseaux. - Ainsi l'expéditeur - qui se borne à demander le tarif le plus réduit - ne saurait exiger que la compagnie du point do départ recherche, parmi les tarifs étrangers à son réseau, celui qui serait le plus économique pour l'expéditeur, même avec les lenteurs d'un itinéraire plus ou moins allongé ; c'est alors à celui-ci à faire cette recherche et à désigner l'itinéraire qu'il croit devoir lui être le plus profitable. »

Itinéraire empruntant partiellement un autre réseau (demande insuffisante). - Admin. des

(1) « 1378. S'il y a eu mauvaise foi de la part de celui qui a reçu, il est tenu de restituer, tant le capital que les intérêts ou les fruits, du jour du payement. »

chemins de fer de l'Etat contre Cave. - « L'expéditeur qui veut que sa marchandise suive au besoin un itinéraire emprunté partiellement à un autre réseau, au lieu Je suivre, sur tout le parcours, le réseau de la compagnie à laquelle il remet ladite marchandise, - doit indiquer cet itinéraire. - Ce désir ne saurait s induire de la seule demande du tarif le plus réduit, - surtout si cette mention de la déclaration d'expédition est accompagnée de celle par toutes voies du réseau de départ. » (C. C., 4 août 1885.)

Tarif le plus réduit, correspondant à l'itinéraire le plus long. - « Aux cas où une marchandise doit emprunter plusieurs réseaux et où il n'y a pas d'itinéraire indiqué par l'expéditeur, la demande par celui-ci du tarif le plus réduit ne saurait obliger la compagnie du point de départ à rechercher, sur ces réseaux et parmi les tarifs des autres compagnies, la combinaison qui, même au prix d'un allongement de parcours, amènerait la plus grande économie sur l'ensemble du transport. » (Trib. comm. de Nantes, 28 juillet 1886, conforme à la jurispr. précitée de la C. de cass.)

IV. Changement accidentel d'itinéraire dans le transport des marchandises. -

(Inondations; Rupture d'ouvrages; Force majeure.) Par suite d'inondations, une compagnie expédie par une voie détournée et elle réclame, pour le montant de ce transport, une somme supérieure à celle qui serait réellement due pour le trajet direct. - Le premier point à examiner, en cas de litige à ce sujet, est de savoir si ladite compagnie s'est réellement trouvée sous le coup d une force majeure et s'il n'y a aucune imputation de faute à adresser à ses agents. Nous n'avons pas besoin d'ajouter que les compagnies sont les premières intéressées, dans ces circonstances difficiles, à prendre les mesures qui peuvent le mieux sauvegarder leurs intérêts et ceux du public. La force majeure établie (dans les formes rappelées au mot Force majeure), il est hors de contestation, suivant la jurispr. établie, que les compagnies sont en droit d'exiger le payement de l'excédent de parcours pour le changement d'itinéraire qu'elles ont été obligées de faire subir aux marchandises en cours d'expédition ou de transport : seulement de nombreux jugements ou arrêts, notamment Tr. comm. d'Orléans, 1er mai 1867; Tr. comm. Seine, 23 nov. 1867; G. d'appel Paris, 21 juill. 1868 ; Tr. comm. Vannes, 18 fév. 1867, ont admis catégoriquement que la compagnie aurait dû préalablement aviser de la situation, lorsqu'elle en avait le temps, les expéditeurs ou les destinataires, intéressés dans le changement de direction des marchandises (1). - Mais la C. de cass., par un arrêt du 5 mai 1869, s'est formellement prononcée contre ce système, et a reconnu le droit des compagnies de réclamer le prix du supplément de parcours résultant de l'itinéraire réellement suivi par suite d'un cas de force majeure non contesté au procès. Le sommaire de cet arrêt est ainsi conçu :

« Un fait de force majeure non contesté au procès a rendu impossible ta continuation au delà

de S..... du parcours que les 10 caisses de savon dont il s'agit dans la cause auraient dû suivre,

d'après les conditions convenues lors de leur expédition, pour arriver au lieu de leur destination. - Par suite de ce fait de force majeure, les agents de la compagnie ont donné à ces marchandises, pour leur transport (audit lieu), où elles sont, en effet, parvenues à leur destinataire et propriétaire, la seule direction qu'ils ont déclarée possible, dans l'état de la voie ferrée, à parti de S.....- Devant le tribunal de commerce, la compagnie soutenait que par là les agents avaien satisfait, en présence de l'obstacle que la force majeure avait apporté à la continuation du transport sur le parcours prévu lors de l'expédition, au mandat qu'elle avait à remplir, tel que les circonstances lui permettaient de l'exécuter, à l'effet de faire parvenir à leur destination les marchandises expédiées. - Le jugement attaqué, au lieu d'examiner si, dans ces circonstances et eu égard aux nécessités du service du chemin de fer, les agents de la compagnie auraint pu prendre d'autres et plus utiles mesures, dans l'intérêt du propriétaire desdites marchandises, s'est borné

(1) Dans une affaire plus récente (Tr. comm. Rouen, 30 août 1872), le jugement rendu contre la compagnie s'exprimait ainsi : - « 11 était du devoir de la compagnie de prévenir l'expéditeur de la façon anormale dont elle entendait appliquer le tarif demandé ; ne l'ayant point fait, elle ne saurait être admise à appliquer une taxe que les demandeurs n'auraient point acceptée, s'ils l'eussent connue, puisqu'ils pouvaient opérer le transport de leurs marchandises plus économiquement par d'aulres voies. »

à déclarer que la compagnie, - faute par ses agents d'avoir, préalablement au changement de direction des marchandises, prévenu, en lui demandant ses instructions, ce propriétaire de l'obstacle qui s'élait produit à la continuation du transport de celles-ci sur la voie* d'abord indiquée, - n'avait contre lui aucun principe d'action, pour le supplément du prix réglé conformément aux tarifs légaux et afférent à la distance kilométrique réellement parcourue,

« En le décidant ainsi, alors qu'aucun fait constitutif d'une faute n'était imputé aux agents de la compagnie, le jugement attaqué a mis à la charge de cette dernière les conséquences d'un cas de force majeure, dont elle n'était pas responsable. » (C. C., 5 mai 1869.)

D'autres arrêts delà même Cour (9 août 1873, S mai et 21 déc. 1874), ont été rendus dans le même sens, mais sans s'expliquer au sujet des avis préalables à donner aux intéressés. Voici les passages principaux de ces arrêts dont l'un, celui du 5 mai 1874 se rapportait à l'intéressante question de l'application en cas de changement d'itinéraire d'un tarif à prix fermes, c'est-à-dire non soumis aux bases kilométriques.

Changement d'itinéraire causé par la rupture d'un pont (Affaires de guerre, Force majeure, Application d'un tarif à prix fermes). « Lorsque le trajet direct auquel est afférent un prix ferme ne peut être suivi, le destinataire des marchandises est sans droit pour réclamer l'application de ce prix ferme, môme en offrant un supplément de prix proportionnel à l'allongement de parcours résultant du trajet indirect. « Arrêt C. Cass. 3 mai 1874, portant confirmation d'un jugement du Trib. de comin. d'Angers 14 fév. 1873 (comp. d'Orléans, contre Himling et comp. de l'Ouest).

Ligne interceptée (par suite des événements de guerre) changement de direction des marchandises. - « Il est reconnu, par le jugement attaqué, qu'à l'époque où se placent les expéditions de l'espèce, le trajet par les voies ferrées entre Bordeaux et Paris ne pouvait s'accomplir en suivant la ligne la plus courte, mais seulement au moyen d'un détour par Périgueux et Vierzon. - Le jugement n'impute, d'ailleurs à la compagnie demanderesse, à l'occasion de ces expéditions, aucune faute d'où résulte qu'elle aurait induit le défendeur en une erreur que celle-ci ne pouvait absolument éviter, ou qu'elle aurait mal accompli le mandat dont elle aurait été chargée; en refusant, dans ces circonstances, d'accueillir la demande de la compagnie d'Orléans, en payement d'une taxe supplémentaire, à raison du trajet détourné par Périgueux et Vierzon, et cela par le motif que la force majeure ne saurait créer aucun droit à ladite compagnie, le jugement attaqué a violé la disposition légale ci-dessus visée. » (C. C. 2f déc. 1874).

Appréciation administrative {au sujet du changement d'itinéraire des marchandises sans information préalable). Dans une espèce particulière (réseau du Midi) un destinataire s'est plaint de ce qu'une expédition lui était arrivée surtaxée d'une somme assez considérable sous prétexte que cette expédition détournée par suite d'inondation à B... avait dù accomplir un trajet plus étendu sur la voie de fer, en passant par A... 11 a demandé si les compagnies pouvaient exiger ces frais suppl., bien qu'elles n'eussent pas préalabl. mis l'intéressé à même de donner son adhésion à un changement d'itinéraire qui devait entraîner l'augmentation du prix établi au point de départ de la marchandise. ,- Examen fait de l'affaire, les circonstances signalées ont paru ne rien présenter d'irrégulier, et ladépêehe minist. relative à cet objet (23 août 1879) a fait ressortir les points suivants {Ext.) i

« Plusieurs arrêts de la C. de cass., et notamment ceux des 5 mai 1869 et 21 déc. 1874, ont admis qu'en présence d'un cas de force majeure, les compagnies sont fondées, eu égard aux nécessités de leur service, à modifier d'office l'itinéraire d'un transport, et à percevoir la tax afférente au trajet réellement parcouru. - Les inondations qui ont, au mois de..... interromp la circulation des trains à B...., semblent bien constituer un des cas de force majeure visés par les arrêts de la cour régulatrice et je pense, dès lors, que les comp. n'ont pas excédé leurs droits dans les circonstances en question. - Quoi qu'il en soit, le ministre n'a pu que répondre d'une manière purement officieuse, ajoute la dépêche, à la question qui lui a été posée, l'autorité judi-

ciaire étant seule compétente pour statuer sur les difficulté» de la nature de celles qui se sont élevées entre le réclamant et les compagnies. »

IV bis. Circonstances diverses, constitutives de la force majeure. -V. les mots Encombrements, Force majeure, Guerre et les articles correspondants.

Répression. - L'ivresse d'un agent attaché à l'expl. d'un chemin do fer pouvant dans certaines circonstances occasionner de graves accidents, des instructions très rigoureuses ont été mises en vigueur dans les diverses compagnies pour informer le personnel que tout agent surpris en état d'ivresse quel qu'en soit le degré, se trouve placé sous le coup d'uue révocation, indépendamment de la pénalité qui s'attache à tout fait qui, d'après l'art. 20 de la loi du 13 juillet 1843 peut être considéré comme un abandon du poste de service. - V. Abandon, | 3.

Perte des droits à la retraite. - Outre la perte de leur emploi, les agents renvoyés pour cause d'ivresse encourent aussi la déchéance des droits qu'ils peuvent avoir à la retraite. - V. Retenues, Retraites et Révocations.

Dépendances des chemins de fer. - Des divergences se sont quelquefois élevées au sujet des terrains et des ouvrages que l'on doit considérer comme des dépendances des voies ferrées. Les avenues de gare et les jardins des stations et des maisons de garde, notamment, avaient paru dans certains cas ne pas faire, dans le sens du mot, partie intégrante du chemin de fer. Mais la question a été nettement tranchée d'abord pour les avenues de gare qui sont généralement comprises dans les dépendances des voies ferrées, tant qu'elles n'ont pas fait l'objet d'une livraison aux communes ou aux services intéressés, - V. Avenues, Chemin d'accès et Dépendances, et ensuite pour les jardins des maisons de garde, qui ont donné lieu aux appréciations suivantes :

Jardins des maisons de garde (à comprendre dans le bornage). - Dans l'esprit de l'ad-min., les maisons de garde des passages à niveau et leurs jardins sont compris dans les dépendances du chemin de fer. (Cire. min. 31 déc. 1863.) - V. Bornage.

Questions de mitoyenneté et d'alignement. - D'après une déc. spéc. du 4 août 1879 « les maisons de garde et les terrains nécessaires à ces maisons font partie du domaine public et sont régis par la loi du 13 juillet 1843 et parles régi, de grande voirie. -Les terrains dont il s'agit, n'étant acquis qu'en vue d'une affectation publique dont l'adm. seule a qualité et compétence pour apprécier les exigences, ne peuvent être soumis aux règles de droit commun, au regard des propriétés riveraines tant qu'un acte émané d'elle n'en a pas prononcé la désaffectation. - Par suite un alignement, pour la construction (d'un mur pignon, dans l'espèce), le long d'un jardin atteignant à une maison de garde, ne peut ctre donné que suivant la ligne séparative de la propriété riveraine et du jardin, toutes saillies, baies ou jours droits, de même que tout égout des toits sur le jardin, étant rigoureusement interdits au riverain. » (Extr. d'une dècis. min. du 4 août 1879, demande du sieur Ribaute, jardinier à Toulouse.) - Voici les principaux passages de cette intéressante décision :

« Un propr., désirant clore un terrain formant la partie principale d'une parcelle dont une portion a été acquise par l'Etat pour servir de jardin au garde-barrière, et s'appuyant sur l'article 663 du Code civil, a demandé la construction, à frais communs avec l'Etat, du mur de clôture dont il s'agit.

La compagnie, entendue, a fait observer que cet tu'ticlu n'était pas applicable aux terrains du

chemin de fer. - Les maisons de garde et leurs jardins font incontestablement partie, d'après elle, du domaine public, et sont régis par la loi du 15 juillet 1845 et par les régi, de gr. voirie.

-    Le terrain destiné au jardin du passage à niveau ayant été exproprié ne peut plus être soumis aux règles de droit commun, jusqu'à ce qu'une décision de l'admin. super, ait reconnu qu'il n'est plus necessaire pour des besoins d'utilité publique.

Le service de construction (service de l'Etat), a pensé au contraire comme le requérant, que les jardins de gardes-barrières qui sont séparés eux-mômes du chemin de fer par une clôture, ne font pas partie inhérente du domaine public. - L'art. 538 du Gode civil, qui règle la distribution des biens, ne classe dans cette catégorie que les chemins, routes, etc., en un mot toutes les parties du territoire non susceptibles d'une propriété privée.- Les jardins des gardes ne sont pas inséparables des ch. de fer et sont susceptibles de propriété privée; dès lors ils rentrent dans le droit commun auquel la jurispr. ne déroge qu'en présence d'un texte de loi formel.

L'insp. gén. du contrôle, partageant entièrement l'avis de la comp., a rappelé qu'il résultait nettement de la décis. minist. du 31 déc. 1853 sur le bornage, que les jardins de garde-barrière font partie du domaine public, « et doivent être bornés comme l'assiette des voies elles-mêmes. »

-    Les terrains dont il s'agit, n'étant acquis qu'en vue de leur utilité pour le service de l'expl. du ch. de fer, sont protégés par cette affectation môme contre toute demande d'aliénation ou d'établ. de servitude pouvant faire obstacle à la dite affectation ; d'ailleurs, l'admin. seule a qualité pour constater et reconnaître cette utilité spéciale et les dits terrains ne sauraient, en conséquence, tomber sous l'applic. des règles de droit commun, notamment au regard des propriétés riveraines, tant qu'un acte émané d'elle n'en a pas prononcé la désaffectation. - Qu'ainsi le pétitionnaire ne saurait êtreadmisà bâlirun mur pignon le long du jardin du passage à niveau... « que suivant la ligne séparative de sa propriété et de ce jardin, toutes saillies baies ou jours droits, de même que tout égout des toits sur le jardin, lui étant rigoureusement interdits. »

L'admin. des domaines consultée ne considère pas les jardins annexés aux maisons de garde, dont quelques-unes, ajoute-t-elle, sont môme séparées de la voie ferrée, par des propriétés particulières, comme des dépendances nécessaires au fonctionnement de l'expl., « et comme aucune disposition légale n'exempte l'Etat des règles du droit commun pour ce qui est de ses propriétés privées, il est tenu, en présence de la demande du riverain, de contribuer, dans la limite fixée par l'art. 663 du Code civil, à la construction du mur de clôture, sauf à se soustraire à cette obligation en abandonnant la moitié de l'emplacement sur lequel le mur doit être construit...... »

Le ministre des finances, adoptant la manière de voir du service des domaines et des ingénieurs de la construction, a été d'avis d'appliquer, dans l'espèce, la règle du droit commun et notamment la disposition de l'art. 663 du Code civil.

Le conseil gén. des p. et ch. a été d'avis que la maison du garde-barrière est une annexe nécessaire du passage à niveau et le jardin une annexe nécessaire à la maison; que cette double nécessité ne saurait être contestée quand l'adm. l'affirme (1), car elle seule a qualité et compétence pour apprécier les exigences de l'expluitation.....

Enfin le Conseil d Etat (section îles travaux publics), après en avoir délibéré, dans sa séance du 9 juillet 1879, a exprimé l'avis suivant:

« Considérant que le fait d'avoir été acquis pour un service public, et par voie d'expropr., ne suffit pas pour donner aux terrains dont il s'agit les caractères et les privilèges propres aux portions du domaine public imprescriptible et inaliénable ; - Que le bornage prescrit par le cah. des ch. des comp. et les instr. min., n'a pas eu, non plus, pour but et pour effet d'attribuer aux terrains compris dans les limites, quelle que soit leur destination, ce même caractère et ces mêmes privilèges; - liais dans le cas où les jardins dont il s'agit sont attenants aux maisons de gardes-barrières, et silués aux abords de la voie, ils doivent être considérés comme des dépendances de la voie elle-même, faisant partie, au meme titre, de la gr. voirie aux termes de l'art. 1" de la loi du 15 juillet 1845 :

A émis l'avis que les terrains destinés aux jardins des gardes-barrières font partie du domaine public des chemins de fer, et qu'il y a lieu de rejeter la proposition du pétitionnaire... »

Conformément à cet avis du conseil d'Etat et à celui du conseil général des ponts et chaussées, le ministre a approuvé les conclusions de 11. l'inspecteur général directeur du contrôle. ».

Indications diverses. - V. Bornage, Dépendances, Fossés et Livraison, .3°.

Projection ou dépôt de pierres sur la voie. - L'art. 61 de l'ordonn. du 15 nov. 1846 défend de jeter ou déposer aucuns matériaux ni objets quelconques dans l'enceinte d (1) L'admin. des tr. publ., évidemment, qui a les chemins de fer sous sa direction et qui est juge des appropriations qui leur sont nécessaires.

chemin de fer, sous peine d'une amende de 16 fr. à 3,000 fr. (Application de l'art. 21 de la loi du lb juillet 1845. -V. Pénalités.)

Jets de pierres sur les trains en marche. - V. Actes de malveillance, § 3.

I.    Assemblage des extrémités des rails. -Les joints des rails portent généralement sur les traverses. Toutefois dans le système Vignole, les joints, consolidés par des éclisses, portent à faux entre deux traverses ; mais ces traverses sont beaucoup plus rapprochées entre elles que les autres. Les rails sont posés bout à bout en laissant entre eux une ouverture qui est réglée suivant la température et qui est, en moyenne, de 0m,002 à 0m,003. Les dimensions des boulons et des trous de rails de la voie Vignole ont été combinées de manière à faciliter les variations des joints. (Inst, spéc.)

Les joints correspondants de deux files de rails doivent être exactement sur une ligne d'équerre par rapport à l'axe de la voie. On obtient ce résultat dans les courbes, en employant des rails raccourcis dans le cours de rails le plus voisin du centre(Ibid.)

Coussinets et traverses de joints. - V. Coussinets, éclisses et Traverses.

II.    Joints des tuyaux de conduite d'eau. - V. Tuyaux.

Raccordement de lignes. (V. Embranchements.) - Jonctions de trains (insuffisance de voies de garage). - V. Croisements et Garage.

Service aux gares de jonction. - V. les mots Délais et Frais accessoires.

I.    Publicité administrative. - 1° Avis relatifs aux adjudications, enquêtes, expropriation (Voir ces mots) ; - 2° Insertion de jugements ou d'autres affaires pouvant intéresser les chemins de fer (V. Affichage.). - 3° Insertion, au Journal officiel, de la situation des travaux des chemins de fer de l'Etat et des comptes d'expi. des compagnies. - V. Comptes et situations, §§ 2 et S.

II.    Vente de journaux dans les gares. - Aux termes de l'art. 70 de l'ordonn. du IS nov. 1846, « aucun crieur, vendeur ou distributeur d'objets quelconques ne pourra être admis, par les comp., à exercer sa profession dans les cours ou bâtiments des stations et dans les salles d'attente destinées aux voyageurs, qu'en vertu d'une autoris. spéc. du préfet du départem. ». Cette disposition est évid. applic. à la vente de journaux, livres, etc.

Mais il y a une distinction à faire entre la vente dans l'intérieur des gares et celle qui s'effectue dans les cours extérieures des stations, ces cours étant considérées comme voies publiques. Dans le premier cas, indépendamment de la permission ordinaire de police, l'industriel doit être obligatoirem. pourvu de l'autorisation prévue par l'art. 70 précité de l'ordonn. de 1846. Dans le second cas, la seule présence dans la cour de la gare d'un vendeur de journaux non muni de cette dernière autorisation, mais pourvu d'un permis de vente sur la voie publique, ne semble pas constituer une contrav. ; il y a lieu seulement alors d'appliquer la prescr. de l'art. 3 de l'arr. gén. delà police des cours des gares, d'après laquelle toute sollicitation importune ou tout fait de nature à troubler l'ordre ou à gêner la circulation sont poursuivis conformément aux lois. - V. Cours.

Questions de monopole. - Une plainte de la maison Hachette relative à la vente de jour-

naux dans la cour et sous la marquise des gares a soulevé la double question de savoir « si l'autorisation accordée par le préfet doit être retirée parce qu'elle nuit à la maison Hachette, et si l'acquiescement de la compagnie à cette autorisation n'aurait pas été nécessaire ».

Une décis. min. du 27 juin 4873 a statué sur ces diverses questions de la manière suivante : - La demande de la maison Hachette tendant à obtenir le retrait de l'autorisation que le préfet a accordée dans l'espèee n'est pas fondée, le déparlem. des tr. publ. n'ayant pas d'ailleurs, sur le fond de l'affaire, à intervenir dans les questions de concurrence ou de monopole qui peuvent se rattacher à la vente d'objets quelconques dans les gares. - Mais aux termes des cire. min. des 16 août 1861 et 29 juillet 1863, le service du contrôle aurait dû être appelé, dans la circonstance, à donner son avis sur l'opportunité de l'autorisation ». - V. aussi Bibliothèques et Industries.

III.    Conditions de transport des journaux. - (Ancien privilège de la poste.) - La loi du 25 juin 18 >6 interdit le transport, par toute voie étrangère au service des postes, des journaux, ouvrages périodiques, circulaires, prospectus, catalogues et avis divers, imprimés, gravés, lithographiés ou autographiés. Elle interdit, en outre, de renfermer dans les imprimés, échantillons, papiers de commerce ou d'affaires, affranchis à prix réduits, aucune lettre ou note pouvant tenir lieu de correspondance. Toute contravention est punie d'une amende de 150 à 300 fr., et en cas de récidive, d'une amende de 300 à 3,000 fr. (Arrêté du 27 prairial an ix, et lois des 22 juin 1854 et 25 juin 1856.)

Dérogations.- Par exception aux dispositions qui précèdent, les ouvrages périodiques non politiques formant un paquet dont le poids dépasse 1 kilogramme, ou faisant partie d'un paquet de librairie qui dépasse le même poids, peuvent être expédiés par une autre voie que celle de la poste, mais à la condition que, dans l'un et l'autre cas, les exemplaires ne porteront aucune mention ou suscription de nature à en faciliter la remise à d'autres personnnes que le destinataire du paquet.

Exception étendue o tous les journaux et recueils sans exception.(Conditions obligatoires.)

-    Loi 6 avril 1878; V. Postes, § 5.

Prix de transport des journaux (comme librairie. V. ce mot). - Relards dans les expéditions et les délais de livraison. - V. Délais, § 3.

IV.    Publications interdites et transports irréguliers. - A titre de simple renseignement, nous reproduisons, ci-après, les anciennes instructions antérieures à la loi du 6 avril 1878, relatives aux infractions commises dans le transport ou la propagation des journaux.

Fraudes. - Afin d'éviter le transport frauduleux des journaux, soit isolément comme marchandise, d'après un bulletin de dépôt, soit en compagnie d'un porteur qui les fait admettre avec lui comme bagages, en contravention aux dispositions de l'arrêté du 27 prairial an ix, le min. des finances a indiqué, comme moyen de faire obstacle à la fraude : - « 1? La saisie au point de départ, c'est-à-dire dans les embarcadères des ch. de fer, des journaux et public, dont il s'agit, soit par la gendarmerie, soit par les préposés des douanes, soit par les préposés des contr. indir. et des octrois, de service dans ces embarcadères ; - 2? Le signalement des fraudeurs et de leurs manoeuvres aux autorités locales, lorsque la fraude serait reconnue sur un des points intermédiaires où les moyens manqueraient pour opérer immédiatement l'arrestation des contrevenants. »

Ces mesures ont été rappelées par une cire, du min. des tr. publ., du 26 avril 1849, exprimant le voeu que les chefs de station soient invités à exercer une surv. spéc., en vue du fait signalé. Les commiss. de surv. « auront à prêter leur concours aux agents de la comp., pour assurer l'exéc. de la loi et garantir les intérêts du Trésor, lésés par la fraude ainsi exercée à son préjudice. » (P. mèm. voir ci-dessjis.)

Journaux et écriis laissés dans les voilures. (Cire. min. adressée aux comp. le 24 avril 1867.)

-    « M. le min. de l'intér. m'informe que les voyageurs venant de l'étranger à Paris abandonnent fréquemment dans les voitures de ch. de fer des journaux et des écrits divers dont l'entrée en France est interdite. A l'arrivée des trains, ajoute S. Exc., un agent de la comp. fait la visite

des voitures, s'empare de ces papiers et peut eu faire un usage regrettable, soit en les colportant, soit en les vendant. -L'affluence des voyageurs devant devenir de'plus en plus considérable pendant la durée de l'Exposition universelle et l'introduction frauduleuse des publications prohibées pouvant dès lors prendre plus d'extension, je vous invite à donner à vos agents les ordres nécessaires pour que tous les journaux ou écrits quelconques publiés à l'étranger et qui seraient trouvés dans les wagons soient déposés au bureau du commissaire spécial de police. - Veuillez, d'ailleurs, m'accuser réception de la présente dépêché dont je donne communie, à S. Exc. le min. de l'inlér. et à l'ing. en chef du contrôle, et me faire connaître les dispositions prises par votre comp. pour en assurer l'exécution. »

Rappel des instructions précédentes. (Cire. min. adressée le 22 juin 1868 aux admin. des comp.) - « Par une cire, du 24 avril 1867, je vous ai invités, sur la demande de S. Exc. le min. de l'intér., à prescrire à vos agents de déposer au bureau du commiss. spéc. de police tous journaux ou écrits quelconques, publiés à l'étranger, qui seraient trouvés dans les voitures à voyageurs, à l'arrivée des trains. - Mon collègue m'informe que cette prescription ne reçoit pas une complète exécution ; que, dans certaines gares, les chefs et les employés s'emparent des journaux ou écrits prohibés abandonnés par les voyageurs, et que c'est en vain que les commiss. spéc. de police les réclament. - le vous prie, Messieurs, de rappeler à vos agents les ordres qu'ils ont dû recevoir à ce sujet, et de leur faire connaître que ceux d'entre eux qui ne s'y conformeraient pas, pourraient être l'objet de mesures disciplinaires, par applic. du décret du 27 mars 1852. »

Transport et colportage illicites de journaux et brochures politiques. - Circul. adressée le 9 juillet 1877 par le min. des tr. pub. aux insp. gén. du contrôle. - « Monsieur, mon attention a été appelée sur le transport et le colportage illicites de journaux et brochures politiques. - Ce moyen de propagande constitue un délit de droit commun, dont la constatation appartient aux commiss. de surv. admin. des ch. de fer, en leur qualité d'officiers de police judiciaire. Il est indispensable que le service du contrôle exerce sur ce point une grande vigilance et je vous invite à donner des ordres, pour que les commiss. de surv. placés sous votre direction apportent à cette partie importante de leur service le soin le plus attentif. - Vous voudrez bien, monsieur, m'accuser réception de la prés. cire. ; vous en trouverez ci-joint des ex. que je vous prie de faire parvenir à chacun des fonctionn. du service que vous dirigez. »

V. Indications diverses. - V. Délais,

Contactez-nous