Les locomotives à essieu radial à l'arrière ; type Corse

Les locomotives à essieu radial à l'arrière ; type Corse

Parallèlement au type Yonne, les C.F.D. firent étudier par un constructeur français un modèle plus puissant en vue de l'exploitation de leur réseau de Corse.

Etudiés par la sous-commission du matériel des Chemins de Fer de la Corse, organe du Ministère des Travaux Publics, les engins de traction firent l'objet d'une proposition émanant de M. Bandérali, au Comité de l'Exploitation Technique des Chemins de Fer. Cet organisme, créé en 1879, avait arrêté son choix sur le type en usage sur le Chemin de Fer d'Hermes à Beaumont, mais plus largement dimensionné de manière à répondre aux exigences du réseau de la Corse.

Photo de constructeur de la locomotive 031 type Corse. Ici, machine n° 30.
Photo de constructeur de la locomotive 031 type Corse. Ici, machine n° 30.

Les machines récemment construites à la S.A.C.M. de Belfort pour les lignes à voie de 1,05 m de la Compagnie Franco-Algérienne lui semblèrent répondre aux conditions souhaitées. Ces locomotives à trois essieux et bissel arrière étaient prévues pour la remorque de trains de 36 t en rampe de 30 °/°° à la vitesse de 30 km/h. Cette charge pouvait s'élever à 483 t en palier pour la même vitesse. Toutefois, il fut admis que la Compagnie exploitante pouvait proposer un modèle aux performances comparables, en fonction de sa propre expérience sur les réseaux administrés par ses soins.

Les C.F.D. recherchèrent donc parmi les constructeurs Français un engin aux caractéristiques proches du modèle préconisé et dérivant de celui en service sur ses lignes continentales. Le type 96 des Ateliers de Fives-Lille sembla leur convenir et cette proposition reçut l'aval de l'autorité supérieure.

Description des locomotives type Corse

Ces locomotives avaient des caractéristiques presque identiques au modèle proposé, toutefois elles en différaient par leur châssis extérieur aux roues, ce qui en simplifiait la construction ; en outre, la distribution Allan à deux excentriques était remplacée par une distribution Walschaert comme sur les types en service à la Compagnie. De même, le bissel arrière était remplacé par un essieu radial système Roy.

Par rapport au type Yonne, ces machines plus puissantes, destinées à remorquer des convois lourds sur une ligne au profil tourmenté, avaient bénéficié d'une chaudière plus importante dont la surface de chauffe atteignait 59,70 m2. Le faisceau tubulaire était composé de 123 tubes de diamètre 0,041 m et d'une longueur de 3,48 m. Le dôme supportant des soupapes à balance était situé sur la première virole et le réservoir à sable sur la seconde. Les cylindres aux dimensions beaucoup plus importantes (0,350 x 0,460) et le diamètre des roues motrices porté à 1,000 m en faisaient une locomotive puissante et « bonne coureuse ». La prise de mouvement se faisait sur le troisième essieu. L'empattement de 4,30 m leur conférait une bonne tenue de voie.

Locomotive 031 type Corse n° 34, vue en élevation au dépot de Corte
Locomotive 031 type Corse n° 34, vue en élevation au dépot de Corte

Les caisses à eau de grande contenance (4000 I) se prolongeaient jusqu'à l'avant du corps cylindrique par un coffre à outillage. La porte de boite à fumée était à deux vantaux et une main courante était fixée à l'avant de la machine épousant le contour des caisses à eau. L'abri, ouvert sur les côtés, comportait à l'avant et à l'arrière une plaque de tôle, légèrement échancrée sur les côtés, percée de deux hublots rectangulaires. Quatre colonnettes supportaient le toit.

Vue arrière de la locmotive 031 type Corse n° 35, à Ponte-Leccia
Vue arrière de la locmotive 031 type Corse n° 35, à Ponte-Leccia

La décoration de ces machines était identique à celle des séries précédentes, mais le marquage avait reçu d'importantes modifications :

  • Sur les caisses à eau le monogramme de la compagnie et l'immatriculation de la machine encadraient la plaque rectangulaire du constructeur et étaient peints en jaune rechampis de rouge.
  • Une plaque en laiton portant l'inscription « N° » et l'immatriculation de la machine était fixée de chaque côté à la base de la cheminée.
  • Sur les traverses avant et arrière peintes en rouge vermillon, le monogramme de la compagnie et l'immatriculation de la machine encadrant le tampon central étaient peints en jaune.

Livraison et affectation des locomotives type Corse

Les 14 machines de cette série furent livrées en trois fois. La première livraison comprenant les locomotives 28 à 33 fut répartie entre les dépôts de Bastia et de Corte pour l'exploitation de la première section de la ligne centrale. L'effectif initial était de 4 unités à Bastia et 2 à Corte.

Plan des locomotives 031 type Corse série 28-41. (Echelle 1/43.5)
Plan des locomotives 031 type Corse série 28-41. (Echelle 1/43.5)
Train de voyageurs en gare de Bocognano. Locomotive 31 Fives-Lille n° 30
Train de voyageurs en gare de Bocognano. Locomotive 31 Fives-Lille n° 30
Locomotive 031 type Corse n° 39, modifiée pour la marche au fuel, au dépot de Corte
Locomotive 031 type Corse n° 39, modifiée pour la marche au fuel, au dépot de Corte

La seconde livraison de 4 machines (34 à 37) fut attachée à la ligne de la côte orientale et furent réparties à raison de 2 unités à Bastia et à Ghisonaccia.

Le solde de la commande fut expédié à Ajaccio pour l'exploitation du tronçon Ajaccio-Bocognano : il se composait de 4 unités n° 38 à 41 toutes basées au dépôt d'Ajaccio.

Ces machines assurèrent l'ensemble du trafic sur les lignes centrales et orientale jusqu'à l'arrivée des locomotives Mallet. Elles furent reléguées au service des trains de section au fur et à mesure de la mise en service de ces dernières.

L'une d'elles, la n° 39, fut modifiée pour la marche au fuel en 1945. A cette occasion on lui installa des caisses à eau en provenance d'une Mallet réformée. Il ne semble pas que cette modification donna les résultats attendus, car peu après les essais cette machine fut garée, puis, réformée deux ans plus tard.

Les premières unités furent amorties en 1937. Après la guerre de 1939-1945, il ne restait plus que 5 machines de ce type en service. A cette époque, les C.F.D. furent contraints d'abandonner l'exploitation du réseau à l'Etat. De ce fait toutes les locomotives du réseau Corse furent exclues du parc de la Compagnie.

TABLEAU DE LIVRAISON DES LOCOMOTIVES TYPE CORSE
N° C.F.D.N° de Con.ConstructeurAnnée ConstructionDate de LivraisonDate de Mise en ServiceObservations
282640Fives-Lille188620.12.8610.01.88Réforme 1937
292641188620.12.8810.01.88Réforme 1937
302642188620.12.8610.01.88Réforme 1937
312643188620.12.8610.01.88Réforme 1937
322644188620.12.8610.01.88Réforme 1937
332645188620.12.8610.01.88Réforme 1937
342646188610.01.8718.06.88Réforme 1937
352647188610.02.8718.06.88Réforme 1948
362648188602.03.8705.10.88Réforme 1948
372649188602.03.8705.10.88Réforme 1937
382707188825.07.8815.12.88Réforme 1947
392708188825.07.8815.12.88Réforme 1947
402709188825.07.8815.12.88Réforme 1937
412710188825.07.8815.12.88Réforme 1948

Machines ayant participé à la pose et au ballastage de la voie avant leur emploi au service de l'exploitation. Les unités n° 35, 36, 38, 39 et 41 ont été reprises par les C.F.C. en 1945, date de la dénonciation de la convention d'exploitation aux C.F.D. par l'Etat.

source : MTVS 1988-4

Articles connexes

Contactez-nous