Les locomotives type Sarthe

Les locomotives type Sarthe

par M. Hesse CARBILLE

Ces matériels, vulgarisés en très grand nombre d'exemplaires sur les réseaux secondaires français dès 1880, appartenaient au type 20 de la Société « LA MÉTALLURGIQUE DE TUBIZE » (Belgique).

L'origine des locomotives Sarthe

Leur appellation « SARTHE » leur vint de M. FALIES, qui les employa pour la première fois dans la SARTHE sur le réseau de tramways à vapeur de ce département. Dès lors sur tous les réseaux du groupe, cette appellation fut utilisée couramment.

Ces machines, destinées à la remorque des trains de Chemins de Fer ou tramways départementaux, furent créées par la Société « LA MÉTALLURGIQUE » de TUBIZE (Belgique) et montées par sa succursale française « LES ATELIERS DU NORD DE LA FRANCE », à BLANC-MISSERON (Nord). Ces deux constructeurs de matériels ferroviaires furent connus par les appellations simplifiées de « TUBIZE » et « ANF » ou « BM ».

Si les tout premiers modèles furent assemblés par Tubize et livrés directement de 1880 à 1885, il n'en fut pas de même pour les exemplaires construits à partir de 1886 qui transitèrent sur BLANC-MISSERON. La première locomotive bénéficiant de cette procédure fut précisément une locomotive « SARTHE » qui porta le N° 15 sur ce réseau et bien entendu le N° 1 de construction chez B.M. (N° Tubize 626).

Le premier concessionnaire de tramways français qui lança la commande initiale chez B.M. fut M. FALIES, Directeur du groupe « CAREL et FOUCHÉ » implanté au MANS comme il se doit. Cet important groupe était composé des réseaux suivants :

  • TRAMWAYS DE LA SARTHE (T.S.).
  • TRAMWAYS DU LOIR-ET-CHER (T.L.C.).
  • TRAMWAYS D'ILE-ET-VILAINE (T.I.V.).
  • CHEMINS DE FER A VOIE ÉTROITE (C.F.), Réseau de LOIRE-INFÉRIEURE.
Quatre locomotives, type Sarthe, en gare du Mans Centrale
Quatre locomotives, type Sarthe, en gare du Mans Centrale

Afin d'équiper les premiers de ses réseaux de tramways à vapeur, M. FALIES lança plusieurs commandes à B.M. Nous les résumons ci-dessous en faisant bien sûr abstraction des engins au nombre de quatre construits en totalité par TUBIZE.

  • 1re série : 5 unités TUBIZE 626 à 630 BM 1 à 5 de 1886 pour T.S.
  • 2e série : 12 unités TUBIZE 679 à 690 BM 17 à 28 de 1887-88 pour T.L.C.
  • 3e série : 2 unités TUBIZE 933 à 934 BM 95 et 96 de 1894 pour T.L.C.
  • 4e série : 13 unités TUBIZE 1049 à 1061 BM 175 à 187 de 1897 pour T.S.
  • 5e série : 12 unités TUBIZE 1093 à 1104 BM 206 à 217 de 1897-98 pour T.I.V.
  • 6e série : 1 unité TUBIZE 1366 BM 297 de 1903 pour T.L.C.
Elevation
Elevation

Soit en tout 45 engins pratiquement identiques, ne variant pour chaque série que pour leurs poids respectifs.

Les différents réseaux de M. FALIES virent le jour pratiquement à la même époque. De ce fait les locomotives ne furent pas affectées à leur réseau d'origine, mais furent réparties au fur et à mesure des besoins les plus pressants. En effet, les engins de traction servirent particulièrement au cours de la construction des voies ferrées et en particulier pour le ballastage. Il n'est donc pas étonnant de voir un certain panachage dans l'affectation des machines dans les séries de construction les plus importantes. Malgré tout, le modèle fut communément appelé « TYPE SARTHE » sur tous les réseaux de la société.

1/2 vue de dessus, 1/2 coupe. Ci-contre : 1/2 vue de bout, 1/2 coupe, et coupe niveau cylindres.
1/2 vue de dessus, 1/2 coupe. Ci-contre : 1/2 vue de bout, 1/2 coupe, et coupe niveau cylindres.

Particularités :

  • La locomotive TS N° 62 (BM 214) possédait une chaudière DOCTEUR.
  • La locomotive TIV N° 12 (BM 217) CHANTEPIE fut vendue aux TLC où elle prit le N° TL 4 et le nom d'INGRE le 01-01-03. Elle était basée au dépôt d'ORLÉANS et comme ses s?urs assurait le trafic de la ligne du LOIRET des TLC ORLÉANS - OUZOUER-LE-MAR- CHÉ.
  • La locomotive TLC N° 5 (BM 21) BINAS fut détachée du 21-10-93 au 01-09-94 sur la ligne de NANTES à LÉGÉ des CF Loire-Inférieure.

Les caractéristiques générales et emploi des locomotives Sarthe

Ces locomotives légères à trois essieux couplés convenaient très bien au trafic de nos petites lignes départementales françaises. Elles pouvaient assurer la remorque d'un train de 55 à 60 T à la vitesse de 45 km/h en palier. La composition maximum d'un train variait de sept à huit véhicules et comportait généralement un fourgon, deux voitures dont une mixte et quelques wagons de marchandises. Elles assuraient la plupart du temps un AR sur leur ligne d'affectation, soit environ un maximum de 100 km journalier.

locomotives légères à trois essieux
locomotives légères à trois essieux

Leur silhouette carrée les ont souvent fait répertoriées comme bicabines ; alors qu'elles n'en possédaient qu'une seule. En effet, il n'existait qu'une seule série de commandes à la place normale en arrière du foyer. La plateforme avant servait surtout à l'agent de man?uvre qui pouvait ainsi surveiller chaque mouvement en toute sécurité.

Afin de ne pas effrayer les chevaux et de préserver les mouvements de la poussière des routes, qu'elles suivaient la plupart du temps, ces machines étaient dotées de couvre-mouvements. Mais l'embiellage chauffant à cause du manque d'air, il fallait ouvrir ceux-ci à chaque arrêt. Souvent elles circulaient avec les portes relevées malgré l'interdiction directoriale.

Locomotive TIV n°4 Romagne, au dépot de Rennes
Locomotive TIV n°4 Romagne, au dépot de Rennes

Vers la fin de leur carrière elles servirent au service des man?uvres de gare et de machine de réserve. Les TIV s'en séparèrent assez rapidement, mais par contre les TLC et les TS les employèrent jusqu'à la fermeture.

La TS 51 FOULLETOURTE, actuellement conservée au Musée de l'Auto du Mans, fut la dernière à circuler pour le service des trains de la Fonderie CHAP- PÉE, à MONTBIZOT, dans les années 50.

La locomotive TIV n°11 Mordelles, en manoeuvre à Rennes
La locomotive TIV n°11 Mordelles, en manoeuvre à Rennes

Deux autres exemplaires sont actuellement en cours de restauration au Musée des Transports de la Vallée du Sausseron, à VALMONDOIS : ce sont les BM 19 et BM 213.

TABLEAU DE LIVRAISON DES LOCOMOTIVES
N° B.M.N° d'ex­ploitationRéseauutilisateurNOMSDatede réceptionN° et NOMS PRÉVUS
115TSLOUE23-08-87 
24TLCNEUNG-SUR-BEUVRON26-07-8716 TS SAINT-DENIS-D'ORQUES
31TLCBLOIS26-07-8717 TS COULANS-SUR-GÉE
42TLCOUCQUES26-07-8718 TS CRANNES
53TLCBRACIEUX26-07-8719 TS VALLON
176TLCOUZOUER-LE-MARCHÉ11-09-88 
187TLCMONT11-09-88 
1916TSSAINT-DENIS-D'ORQUES29-12-871 TLC BLOIS
2017TSCOULANS-SUR-GÉE04-01-882 TLC OUCQUES
215TLCBINAS11-09-88 
2210TLCMARCHENOIR11-09-88 
238TLCPONTIJOU-MAVES11-09-88 
2411TLCCHAUMONT-SUR-THARONNE11-09-88 
2512TLCLAMOTTE-BEUVRON11-09-88 
269TLCDHUIZON11-09-88 
2718TSCRANNES22-07-883 TLC BRACIEUX
2819TSVALLON22-07-884 TLC NEUNG-SUR-BEUVRON
95TL 1TLCORLÉANS20-02-95 
96TL 2TLCCOULMIERS20-02-95 
17550TSBONNETABLE19-09-96 
17651TSFOULLETOURTE19-09-96 
17752TSMAYET08-10-96 
17853TSPONTVALLAIN08-10-96 
17954TSMANSIGNÉ08-10-96 
18055TSALLONNES18-10-97 
18156TSCOULAINES18-10-97 
1821TIVLIFFRÉ26-08-9761 TS SAINT-COSME-DE-VAIR
1832TIVGOSNÉ26-08-9760 TS LA FERTÉ-BERNARD
1843TIVSAINT-AUBIN-DU-CORMIER26-08-9762 TS NOGENT-LE-BERNARD
18557TSSAVIGNÉ-L'ÉVÊQUE28-02-98 
18658TSBEAUFAY18-10-97 
18759TSMAMERS05-09-98 
2064TIVROMAGNÉ03-02-98 
2075TIVTHORIGNÉ03-02-98 
2086TIVSAINT-MARC-SUR-COUESNON18-04-98 
2097TIVSAINT-J EAN-SUR-COUESNON18-04-98 
2108TIVTREFFENDEL18-04-98 
2119TIVSAINT-THURIAL18-04-98 
21261TSSAINT-COSME-DE-VAIR05-09-981 TIV LIFFRÉ
21360TSLA FERTÉ-BERNARD05-09-982 TIV GOSNÉ
21462TSNOGENT-LE-BERNARD07-01-993 TIV SAINT-AUBIN-DU-CORMIER
21510TIVBRÉAL19-12-98 
21611TIVMORDELLES19-12-98 
21712TIVCHANTEPIE19-12-98 
297TL 3TLCÉPIEDS20-02-04 

source : MTVS N°4 1977

Articles connexes

Contactez-nous