Dictionnaire du ferroviaire

Postes Militaires

Installation de postes militaires (dans les gares). - Extr. du régi. gén. du 1er juillet 1874, pour les transports mil. par ch. de fer : modifié par décret du 29 oct. 1884 :

Art. 24. - Des postes commandés par un officier peuvent être installés dans les gares, sur la demande que chacune des comp. intéressées en fait à l'autorité militaire locale. Ces postes sont établis dans des locaux disposés à cet effet par les soins des comp., pour le temps et pour la durée correspondant aux époques des opérations d'appel ou de libération des classes de l'armée active, des réserves et de l'armée territoriale, de départ et de retour simultané des permissionnaires lorsque leur nombre excède cinquante. - Us sont assujettis à toutes les obligations du service des places (1).

Le chef de poste assure, par le déplacement des factionnaires et par sa surv. personnelle, le maintien du bon ordre parmi les isolés, dans les salles de la gare et sur les quais d'embarquement. C'est à lui que le Commissaire de surveillance fait conduire les militaires désignés plus haut, comme devant être remis à l'autorité militaire. - Le chef de poste fait conduire ces hommes au Sous-Intendant militaire, s'il en existe un dans la localité, ou, dans le cas contraire, les remet entre les mains de la gendarmerie. - Le chef de poste reçoit sa consigne du chef d'élat-major du corps d'armée. Cette consigne contient une instruction sommaire rappelant les dispositions principales des régi, sur le service de marche relatives aux isolés, afin que l'officier n'ait jamais aucune hésitation sur la conduite à tenir vis-à-vis des isolés qui sont en dehors de leur direction.

Les abords des gares sont, en outre, dans les grands centres de population et dans le voisinage des camps, l'objet d'un service spéc. de surv. militaire. Ces mesures d'ordre se rattachent au service de place ou au commandement des camps et territoires. Elles reçoivent tout le développement nécessaire pendant les grands mouvements d'isolés.

Enfin, toutes les fois que les circonstances le permettent, les hommes isolés sont groupés sous les ordres d'un ou plusieurs sous-officiers, qui les conduisent à la gare, et les maintiennent en ordre jusqu'au moment du départ. »

I. Poteaux kilométriques (Pose comprise dans les trav. de superstructure). - V. Matériel fixe et Superstructure.

Installation. - Sur toutes les lignes de ch. de fer, les distances sont repérées au moyen de poteaux kilométriques, dont l'une des conditions est d'offrir à la vue des agents des trains un numérotage bien apparent. Ces poteaux ne sont ordin. posés qu'après vérification contradictoire, avec le service du contrôle, des distances relevées par le service de la construction. Ces distances, qui doivent, d'ailleurs, être soumises à l'approb. min. pour servir de base aux tarifs généraux d'application, sont mesurées, à partir de l'axe du bâtiment des voyageurs de la station, formant point de départ de la ligne ; il en résulte qu'elles ne représentent pas exactement la longueur totale du chemin, longueur qui devrait, en réalité, être comptée à partir du heurtoir des locomo-

(1) Des postes peuvent être établis, s'il y a lieu, dans les gares de bifurcation situées dans les localités non pourvues de garnison ; à cet effet, les admin. des ch. de fer adressent leurs demandes au commandant du corps d'armée sur le territoire duquel se trouvent situées ces gares. - Lès comp. de ch. de fer transportent ces postes à leurs frais. - L'autorité militaire, après entente avec les admin. de ch. de fer, apprécie si, en raison du plus ou moins d'éloignement de la station, il convient d'envoyer un détachement qui resterait en permanence pour fournir les postes pendant la durée des passages, on de faire relever ceux-ci, tous les jours, en se servant des trains de l'exploitation. (Cire. min. guerre, 24 avril 1875. J

tives placé à 1'ex.trémité de la gare (V. Distances).- Dans l'intervalle des poteaux kilométriques, il existe aussi sur toutes les lignes des poteaux hectométriques que l'on s'est décidé sur diverses lignes à remplacer par de petites bornes en pierre.

Suppression des poteaux hectométriques dans l'intérieur des gares. - (Cire, min., 13 nov. 1883, adressée aux comp. et par ampliation aux chefs du contrôle.)

« Messieurs, à l'occasion d'un accident (lampiste grièvement blessé en tombant du haut d'une voiture sur un poteau hectométrique), les ingén. du contrôle ont soulevé la question de savoir s'il ne conviendrait pas de supprimer, dans la traversée des gares, les poteaux hectométriques établis dans l'entrevoie, qui entravent la circul. des agents et peuvent, dans certains cas, devenir une cause de danger. - Il a paru à quelques-uns de ces fonc-tionn. que les poteaux hectom. pourraient être utilement remplacés, soit par des plaques en fonle fixées sur des traverses au niveau du ballast, soit par des madriers également établis sur des traverses au niveau de la voie et dont la face supérieure serait équarrie, suivant le profil du ballast, et revôlue d'une couche de couleur apparente, soit enfin par toute autre disposition analogue permettant le repérage des voies principales. - J'ai soumis l'affaire au comité de l'expl. technique des ch. de fer.

« Le comité, tout en reconnaissant les inconvénients que peuvent présenter les poteaux hectométriques placés dans l'intérieur des gares, n'a cependant pas pensé qu'à l'occasion d'un accident isolé et dû à une circonstance toute fortuite, il y eût lieu d'en ordonner la suppression complète. Il a fait observer que la mesure offrait plus d'intérêt dans certaines gares que dans d'autres, et il a émis l'avis qu'il suffisait d'appeler sur ce point l'attention des comp., en leur laissant le soin de supprimer les poteaux là où elles le jugeraient utile pour la sécurité des agents. - J'ai l'honneur de vous transmettre cet avis, qui me paraît bien motivé, et je vous prie de me faire connaître les mesures que vous aurez prises pour satisfaire aux recommandations du comité. - Recevez, etc. »

Nota. - Sur quelques lignes, les bornes hectométriques en pierre situées dans la traversée des gares ou aux abords de certaines bifurcations et autres points importants ont été, à la suite de la cire. min. précitée, arasées au niveau du sol avec l'inscription nécessaire, gravée et peinte, sur la face supérieure restée seule apparente.

II.    Poteaux indicateurs des déclivités. - Sur divers réseaux, les poteaux indicateurs des pentes, paliers et rampes, sont de deux sortes, l'une et l'autre en tôle émaillée. Les premiers, d'un modèle plus petit, sont destinés aux besoins du service de la voie; ils reçoivent les indications exactes de longueur et de déclivité de chaque partie de la ligne. Les seconds, d'un plus grand modèle, ont été posés pour l'usage des mécaniciens ; les indications en sont moins détaillées, les pentes et rampes d'une inclinaison peu différente y sont groupées, et les déclivités inscrites sont des moyennes en nombres entiers de millièmes. - V. le mot Déclivités.

III.    Poteaux-limites de protection et de direction des trains. - Il existe également, sur tous les ch. de fer, des poteaux indicateurs déterminant la limite de protection des disques-signaux établis aux abords des stations. Ces poteaux sont destinés à indiquer aux conducteurs d'arrière d'un train qui a dépassé le signal fixe, tourné à l'arrêt, la limite que le dernier wagon du train doit atteindre pour que le convoi soit efficacement couvert par le disque (V. Disques-signaux, § S). - Voir aussi, au sujet des poteaux de protection, le nouveau Code des signaux (Régi, min., 15 nov. 1885) dont l'art. 13, notamment, est ainsi conçu :

Art. 13. - Le disque ou signal rond (mentionné à l'art. 12, V. Signaux, f 5), doit être suivi d'un poteau indiquant par une inscription, le point à partir duquel le signal fermé assure une protection efficace.

Poteaux d'arrêt des machines. - On a installé aussi, dans quelques gr. gares, des poteaux indiquant aux mécan. les points où ils doivent arrêter leur machine, afin que les voitures à voyag. soient normalem. placées devant le quai de débarquement.

Poteaux sémaphores (destinés à maintenir entre les trains les intervalles nécessaires).

-    Voir, au mot Signaux, § S, l'art. 16 du régi, précité du 18 nov. 1888.

IV.    Poteaux indicateurs et signaux fixes des bifurcations. - En ce qui concerne le service des bifurcations de lignes ou embranchements distincts, comme complément des disques ronds à distance ou des signaux carrés d'arrêt absolu qui protègent ces bifurcations (V. Bifurcations, § 2, et Disques-signaux, il 1 et 2), nous devons mentionner les indicateurs spéciaux de bifurcation dont il est question dans le nouveau Code des signaux (V. Signaux, 1 b), et dont l'art. 18, notamment, est ainsi conçu :

Art. 18. - L'indicateur de bifurcation est formé soit par une plaque carrée, peinte en damier vert et blanc, éclairée la nuit par réflexion ou par transparence, soit par une plaque portant le mot bifur, éclairée la nuit de la même manière. - Ce signal est disposé, sauf autorisation .contraire du min., de manière à donner constamment la même indication.

Le damier vert et blanc peut être aussi employé comme signal d'avertissement annonçant des signaux carrés d'arrêt absolu qui ne protègent pas des bifurcations.

Le mécanicien qui rencontre, non effacé, l'un des signaux précédents, doit se mettre en mesure de s'arrêter, s'il y a lieu, à l'embranchement ou au signal d'arrêt absolu qu'annonce ledit signal.

Poteaux indicateurs de direction des trains (gares de bifurcation). - Dans certaines gares de bifurcation, de croisement ou de tête de ligne, il y a des poteaux qui indiquent à l'usage du public la destination des différents trains en stationnement sur les voies. Cette mesure a été prise surtout pour éviter des malentendus aux voyageurs au moment de monter dans les voitures.

V.    Prescriptions diverses. - 1° Poteaux indiquant la limite des points de garage.

-    Sur diverses lignes, on a remplacé par des traverses de garage les anciens poteaux indiquant la limite du stationnement des wagons, aux abords des changements de voie. Ces traverses sont placées en deçà de l'angle de croisement des voies, à une distance suffisante pour garantir la sûreté des indications du garage. - 2° Poteaux de stationnement des voitures dans les cours des gares (Voir au mot Cours des gares les art. 2 et 8 du régi, type du 28 sept. 1866). - 3° Poteaux indicateurs de déblais à la mine (V. Mines, | b). - 4° Poteaux télégraphiques (V. Télégraphie). - 8° Conditions de transport des poteaux, perches, mâts, etc. - V. Bois.

Conditions de transport. - Le tarif de la poterie est celui de la lreclasse (Art. 42 du cah. des ch., Objets manufacturés), sauf les distinctions faites dans les tarifs d'applic. entre la poterie en métal et la poterie de grès et celle de terre non vernie. - Tarifs spèciaux. - La poterie de grès diffère, autant par sa nature et sa fabrication que par son emploi, de la poterie de terre non vernie: elle ne peut, dès lors, être soumise au tarif spéc. particulièrement applicable à celle-ci ; elle doit l'être au tarif spéc: des poteries en général (C. C., 22 août 1881).

I. Conditions de transport (Prescriptions de l'ordonn. du 13 nov. 1846) : - « Art. 21. - Il est défendu d'admettre dans les convois qui portent des voyageurs aucune matière pouvant donner lieu, soit à des explosions, soit à des incendies. - Art. 66. - Les per-

sonnes qui voudront expédier des marchandises de la nature de celles qui sont mentionnées à l'art. 21 devront les déclarer au moment où elles les apporteront dans les stations du chemin de fer. - Des mesures de précaution seront prescrites s'il y a lieu... la compagnie entendue. »

Mesures de précaution (pour le transport des poudres. - Exclusion absolue du transport par trains de voyageurs). - Régi. min. du 30 mars 1877 (remplaçant celui du 25 juill. 1873 sur le transport des poudres, et non applicable, sauf certaines conditions, aux expéd. de poudre de moins de 200 kilog.). - V. art. 13.

Arr. min., 30 mars 1877. - Les min. de la guerre et des tr. publ., - Yu les art. 21 et 66 de l'ordonn. du 15 nov. 1846; - Vu le régi, du 25 juill. 1873 sur le transport des poudres ; - Vu les avis de la commission des inventions et des régi, et de la commission militaire supér. des ch. de fer; - Considérant que, d'après les résultats de l'expérience, le transport, par ch. de fer, des poudres et munitions de guerre peut être affranchi de certaines dispositions restrictives et qu'il y a lieu, par suite, de reviser le régi, du 25 juillet 1873; - Arrêtent :

« Art. 1er. - Conf. à l'art. 21 de l'ordonn. du 15 nov. 1846, - il est interdit d'admettre les poudres de guerre, de mine ou de chasse dans les trains de voyageurs ou dans les trains mixtes. Ces matières ne peuvent être transportées que par les trains de marchandises ne comprenant aucun wagon de voyageurs. Toutefois, les militaires voyageant pour le service sont autorisés à porter leurs cartouches dans la giberne ou dans le sac. - Les munitions de guerre chargées dans des caissons d'artillerie peuvent être transportées par les trains militaires spéciaux affectés au transport des troupes.

2.    - Les poudres doivent toujours être livrées aux ch. de fer dans de doubles enveloppes, toutes les deux étanches, c'est-à-dire ne laissant pas tamiser le contenu. L'enveloppe intérieure peut être une caisse en bois, un baril, un sac en toile ou en cuir, ou même en carton ou en papier, s'il s'agit de munitions confectionnées. - L'enveloppe extérieure sera une caisse en bois ou en cuivre ou un baril. Elle portera une inscription très apparente indiquant la nature du contenu. - L'agent du min. de la guerre ou des finances, chargé de l'expèd., devra mentionner sur la déclaration d'expédition que les conditions d'emballage ci-dessus indiquées ont été remplies.

3.    - Les barils, caisses ou coffres d'artillerie renfermant de la poudre ou des munitions de guerre sont chargés sur des wagons couverts et fermés, à panneaux pleins, munis de ressorts de choc, et ne contenant aucune autre espèce de marchandises. Les barils de poudre doivent être couchés dans les wagons, fortement calés avec du bois et non placés debout sur l'un des fonds. - Les munitions de guerre peuvent être transportées dans des caissons d'artillerie chargés sur wagons plats.

4.    - Lorsqu'un wagon sert au transport de la poudre, son plancher doit être couvert d'un prélart imperméable de manière à prévenir le tamisage sur la voie. - Il doit porter une inscription extérieure bien apparente indiquant la nature de son chargement.

5.    - On doit employer de préférence, pour le transport des poudres, des wagons sans frein. Lorsqu'on fait usage de wagons à frein, on doit se conformer aux prescriptions suivantes : - 1° Il est interdit de faire usage du frein; - 2° Les surfaces des ferrures des axes ou leviers de transmission du mouvement, qui pourraient être apparentes dans les wagons, doivent être soigneusement recouvertes d'étoffes ou enveloppées dans des manchons en bois. - L'emploi des wagons munis de freins à main n'est pas défendu ; il est seulement interdit de faire usage des freins, le wagon chargé de poudre ne devant être accessible à aucun agent du train.

6.    - La charge d'un wagon de poudre, y compris les emballages, est limitée à 5,000 kilogr. - Cette disposition n'est pas applicable aux cartouches métalliques, pour le

transport desquelles il n'est fait aucune limite de chargement. - Un train ne pourra pas recevoir plus de dix wagons de poudre ou de dynamite. - En conséquence, toute expéd. exigeant l'emploi de plus de dix wagons sera divisée en deux ou plusieurs trains.

7.    - « Les wagons chargés de poudre et de munitions de guerre doivent toujours être « précédés et suivis de trois wagons, au moins, non chargés de matières de la lrc caté-« gorie des matières dangereuses. » (Arr. modificatif du 21 juin 1878, pris pour faciliter l'exéc. de l'art. 53 du régi, du 1er juillet 1874, sur les transports militaires.)

Dans les manoeuvres de gare pour la composition et la décomposition des trains, les wagons chargés de poudre pourront être manoeuvrés à l'aide de machines locomotives, à la condition qu'ils seront séparés de ces machines par trois wagons au moins ne renfermant aucune matière explosible ou facilement inflammable. Ces manoeuvres s'effectueront d'ailleurs avec une vitesse qui ne dépassera pas celle d'un homme marchant au pas; elles seront commandées par un agent qui en aura la responsabilité. Les manoeuvres par lancement sont interdites pour ces wagons.

Les trains de marchandises contenant des wagons chargés de poudre ou de fulminate peuvent être remorqués, dans le cas où ce mode d'attelage est autorisé pour les trains de marchandises ordinaires, par deux machines placées, l'une à l'avant, l'autre à l'arrière.

8.    - Les expéditions de poudres ou de munitions de guerre sont soumises aux conditions suivantes de surveillance dans les gares de départ et d'arrivée. - Gare de départ.

-    L'escorte qui accompagne jusqu'à la gare expéditrice un envoi de poudres ou de munitions de guerre est tenue de rester pour garder cet envoi jusqu'au départ du train.

-    Gare d'arrivée. - Les compagnies doivent demander à l'autorité militaire une garde pour veiller sur les wagons de poudre, si le chargement n'est pas enlevé dans un délai de trois heures après l'arrivée du train (1).

(i) Nous avons reproduit au mot Dynamite, | 2, 7°, la circulaire min. très développe'e du 7 août 1879 (tr. pub.), relative aux escortes et à la garde des convois de dynamite. - Ces instructions avaient été modifiées ou complétées par une nouvelle cire. min. (tr. pub.) du 21 juin 1880, rappelant les instr. suiv. du min. de la guerre : - 1° cire, adressée le 21 juillet 1879, aux généraux commandant les corps d'armée (Ext.) : « Les militaires désignés pour garder un convoi de dynamite de l'industrie privée, dans le lieu où ils tiennent garnison, ont droit à une indemnité de garde fixée par jour ou fraction de jour à 1 fr. 25 cent., pour les caporaux ou brigadiers, et à 1 franc pour les soldats. - Les militaires obligés de quitter le lieu de leur garnison pour aller garder un convoi de dynamite ont droit tant à ladite indemnité de garde qu'à l'indemnité de route de 1 fr. 25 cent, (caporaux, brigadier et soldats) pour chaque journée passée hors de la garnison. Ils reçoivent, en outre, 0 fr., 017 par kilomètre parcouru sur les voies ferrées. Les parcours à pied ne donnent pas droit à l'indemnité kilométrique. - L'indemnité de garde, est payée directement au chef de la troupe par la compagnie du chemin de fer, qui se fai rembourser par le destinataire.....Il n'est pas accordé d'indemnité de garde pour la dynamit fabriquée au compte de l'Etat... » - (Ext. de la dép. adressée lé 22 avril 1880, par le min.de la guerre à son collègue des tr. publ. au sujet de la garde des wagons de poudre dans les gares d'arrivée) : - ... « L'Etat n'expédiant jamais directement à des particuliers de la poudre ni de la dynamite et les envois aux établissements publics étant réglés par des traités spèciaux, la compagnie du chemin de fer, à moins de cas exceptionnels, est seule responsable du séjour qu'un convoi, soit de poudre, soit de dynamite de l'Etat, peut faire, au delà du délai de trois heures, dans une gare d'arrivée, et n'a, par suite, rien à réclamer de ce chef. - (Au sujet de l'exéc. de l'art. 8, | 3, du régi, du 30 mars 1877 (poudres) et de l'art. 12, § 3 du régi, du 10 janv. 1879 (dynamite), la dépêche du min. de la guerre, 22 avril 1880, se termine ainsi) : Le service normal des brigades de gendarmerie étant toujours très chargé, il n'y a pas lieu de revenir sur la décision du 4 avril 1879, qui exemptela gendarmerie de ce surcroît de service, et, en conséquence, lorsque les comp. de ch. de fer auront, dans des cas de force majeure et exceptionnels, à requérir une garde militaire pour surveiller un convoi de poudre ou de dynamite dans une gare d'arrivée, en ca3 de non-enlèvement du chargement dans un délai de trois heures après l'arrivée du train, elles devront s'adresser au commandant de la troupe en garnison dans la localité la plus voisine, à l'exclusion de la gendarmerie, sauf en cas d'extrême urgence. - De nouvelles cire. min. (22 oct. et 21 nov. 1882 et 25 juin 1883, etc.) sont intervenues au sujet de l'escorte et de la

9.    - Les comp. sont prévenues, 24 heures à l'avance, des transports de poudres ou de munitions de guerre qu'elles auront à effectuer. - Lorsque le trajet doit avoir lieu, en totalité ou en partie, sur des lignes à une seule voie, les comp. sont prévenues trois jours à l'avance. Elles font connaître dans le plus bref délai, à l'expéditeur. le jour et l'heure du départ des trains. Les livraisons de poudres et de munitions aux gares se font en conséquence. - Les poudres remises par les agents de l'état sont reçues les dimanches et jours fériés, même après l'heure de midi. - Lorsque les poudres doivent être expédiées par un train de nuit, elles sont amenées à la gare deux heures au moins avant le coucher du soleil et chargées dans les wagons avant la nuit. - Toute manutention de poudres pour leur chargement, leur déchargement et même leur transbordement d'un wagon à un autre dans les gares de jonction, si besoin était, sera faite de jour.

10.    - Chaque expédition de poudres ou de munitions de guerre doit être faite par le plus prochain train susceptible de recevoir cette nature de chargement. - Elle doit être enlevée de la gare destinât, dans les 12 heures de jour qui suivront son arrivée ; si celte condition n'est pas remplie à la diligence du destinataire, la comp. du ch. de fer est autorisée à faire cet enlèvement aux frais, risques et périls de ce dernier.

. 11. - Conf. aux disp, du régi, du 15 déc. 1856 (titre III, art. 13), les directeurs d'artillerie reçoivent dans l'enceinte des arsenaux les voitures chargées de poudre, quelle que soit l'heure à laquelle elles se présentent ; si elles arrivent la nuit, ils les font conduire à proximité des magasins et attendent jusqu'au jour pour faire opérer le déchargement. - Voir les mots Artillerie et Traités.

12. - Lorsque le transport des poudres et des munitions de guerre doit être eftectué des magasins de l'état à la gare du ch. de fer, et réciproquement par voie ferrée, les wagons devront arriver à la gare deux heures au plus et une heure au moins avant le départ des trains. - L'agent de l'état qui aura opéré le chargement restera responsabl de l'obscrv. des mesures de précaution prescrites par le présent régi, pour cette opération. - Voir aussi Dynamite.

13.    - Le présent règlement n'est pas applicable aux expéditions de poudre de moins de 200 kilogrammes. Toutefois, les livraisons inférieures à cette quantité seront placées dans des wagons fermés et couverts, ne contenant aucune matière explosible ou facilement inflammable. Elles seront signalées d'une manière spéciale à l'attention du chef de train. - Ces expéditions ne pourront, toutefois, être transportées par les trains portant des voyageurs (1).

14.    - Aucune expédition de poudre ne doit être acceptée par les compagnies sans une feuille d'expédition régulière.

15.    - Le régi, du 25 juill. 1873 est abrogé. » (Arr. min., 30 mars 1877.)

11. Indications diverses. - 1° Arr. min. du 21 juin 1878, modifiant l'art. 7 de l'arr. du 30 mars 1877 (Y. ci-dessus ledit art. 7). - 2° Cire. min. (tr. publ.) du 21 juin 1880 relative aux escortes et à la garde des convois de dynamite (V. ci-dessus la note 1 du même arr. du 30 mars 1877. - V. aussi au mot Gendarmes pour le relèvement des escortes des transports de poudres). - 3° Arr. min. du 20 nov. 1879, réglant la classification et le transport des matières explosibles ou inflammables (V. Matières. - V. auss garde des poudres, des munitions de guerre, de la dynamite ou autres explosifs. - Nous n pouvons pour cet objet que renvoyer au mot Dynamite, § 2.

(t) L' art. 8 de 1 ancien régi, du 15 févr. 1861, relatif au transport des poudres, limitait à

500 kilogr., poids brut, les expéditions de poudres non escortées, et portait du reste au 2° §

l'obligation pour les compagnies de prévenir les commiss. de snrv. des gares de départ, d'arrivée,

ou de transbordement, du jour et de l'heure d'arrivée dus expéditions de poudre excédant la limit de poids dont il s'agit. (Renseign. rappelé p. mém.).

les mots Artillerie, Capsules, Cartouches, Matériel et Militaires). - 4° Arr. min. du 26 juillet 1880 (risques divers d'incendie, accidents, etc.)(V. le même mot Matières et l'art. Guerre, § 4). - 5° Conditions spéciales du transport de la dynamite (Y. ce mot). - 6° Tarifs. - Y. Dynamite, § 8, Matières et Tarif exceptionnel.

Traités spéciaux pour les transports de la guerre. - Des traités spéciaux sont passés entre les comp. de ch. de fer et les admin. de la guerre et des finances, notamment pour les transports de poudres, et règlent les prix et les conditions de détails applicables aux expéditions dont il s'agit. - Comme nous l'avons rappelé au mot Militaires, § 2, c'est le traité du 22 déc. 1879 (dont l'exécution est confiée à une agence générale) qui se trouve aujourd'hui en vigueur pour les transports du matériel militaire. - Nous en détachons l'art. 47 ci-après, concernant les mesures spéciales aux transports de poudres par chemins de fer :

Art. 47. - Les expéditions sont faites par les comp. dans les trains ordinaires de marchandises, dans les conditions déterminées par les règlements :

« Entre les points qui sont desservis par les lignes sur lesquelles il n'existe pas de trains de marchandises réguliers, les poudres et autres matières explosibles taxées aux prix des poudres dont les régi, en vigueur prohibent le transport, par trains de voyageurs, sont, par mesure générale, à la diligence et par les soins des comp., dirigées par le plus court des itinéraires desservis par des trains de marchandises réguliers pouvant admettre cette catégorie de transports, et la voie de terre n'est employée et décomptée que pour les portions de parcours où il est impossible de l'éviter.

« Dans le cas où un parcours de terre ne peut être évité, mais où il y a doute sur la question de savoir quel parcours de terre doit être effectué et décompté, par ex., si le point de départ ou de destination est une gare intermédiaire d'une ligne non desservie par des trains de marchandises réguliers, on doit adopter et décompter celui des deux itinéraires qui donne le moindre nombre de kilom., en comptant, pour le déterminer, chaque kilom. de terre pour trois kilom. de fer.

« La liste des lignes non desservies par des trains réguliers sera arrêtée au début du traité, et revisée, s'il y a lieu, tous les six mois.

« Dans tous les cas, l'admin. de la guerre peut requérir un train spècial, sans augmentation de prix, avec un minimum de 5 fr. par train et par kilomètre, soit pour une portion de l'itinéraire, soit pour le parcours entier de l'itinéraire (t). »

I.    Affaires d'expropriation (Art. 20, loi de 1841). - V. Expropriation.

Recours en cassation (Délais à observer et nécessité de donner suite auxdites affaires dans le plus bref délai possible). - Cire. min. 16 août 1886. P. mèm. - V. ci-après pour les aff. se rattachant plus spéc. au serv. des ch. de fer.

II.    Affaires contentieuses. - Les décisions ou arrêts rendus par les C. de préf. au sujet des questions dont ils doivent connaître (V. Conseils) peuvent être l'objet de pourvois formés devant le C. d'état, soit par les tiers intéressés, soit par l'admin. ou par les comp. concess. substituées à ses lieu et place. - Nous allons nous occuper ici surtout des pourvois formés par l'administration.

Formalités à remplir (Cire. min. du 27 juillet 1834, aux préfets). - « Tout arrêté du C. de préf., rendu sur les matières contentieuses ressortissant au service des tr. publ.,

(1) 11 est observé (ordre d'applic. de l'un des gr. réseaux) que « sur les lignes où il n'y a pas régulièrement en circulation un train de marchandises pouvant transporter de la poudre, les transports de cette nature faits pour le compte du min. de la guerre ne doivent donner lieu à la mise en marche d'un train facultatif que dans le cas où il est présenté une réquisition de l'adm. militaire ». - Nous rappellerons enfin p. mèm. que, d'après les anciens traités, « toute expédition de poudres d'un poids brut de 80 kilogr. au maximum était considérée comme échantillon. » (Cire. min. 31 juill. 1831.)

devra dans la huitaine être notifié à la partie. Si le dispositif s'écarte des conclusions présentées par les ingén., il sera communiqué dans le même délai à l'ingén. en chef, lequel devra, dans les dix jours, renvoyer le dossier à la préfecture, en donnant un avis molivé sur la question de savoir s'il y a lieu de former un pourvoi. - Après avoir pris connaissance de l'affaire, mais au plus tard dans les dix jours qui suivront ce renvoi, le préfet devra transmettre les pièces au ministre (Extr.). - Délais des pourvois administratifs. (Applic. du délai de trois mois et indications diverses relatives aux relevés mensuels des décis. du C. de préf. à envoyer par les préfets aux ingénieurs.) - Cire. min. 8 juill. 1862. - V. Contraventions, § 5.

Point de départ des pourvois. - Ext. d'une inst. min. 2 février 1867. - « Un décret rendu au contentieux du C. d'état, le 13 déc. 1866, a rejeté, comme tardif, un pourvoi formé par l'admin. en ce qu'il a été formé plus de trois mois après la date de la décision attaquée. - Une jurispr. antérieure ne faisait courir le délai dont il s'agit que du jour de la transmission delà décision du C. de préf. au min. ou de la notifie, de cette décision par l'admin. préf. à la partie. Je vous invite à prendre note de cette jurispr. nouvelle... » - V. aussi au § 3.

Formalités devant le Conseil d'Etat. -V. au mot Conseils, § 4, le décret du 2 nov. 1864, et les documents de 1872 qui n'ont modifié en rien le délai de trois mois accordé en principe pour les recours au C. d'Etat ; suit à ce sujet une instr. min. réglant l'applic. de l'art. 8 du premier de ces décrets (celui de 1864).

« Aux termes de l'art. 8 du décret du 2 nov. 1864, lorsque les ministres sont appelés à produire des défenses ou à présenter des observations sur des pourvois introduits devant le C. d'Etat, la section du contentieux fixe, eu égard aux circonstances de l'affaire, les délais dans lesquels les réponses et observations doivent être produites. - Dès que la question du contentieux veut bien me demander mon avis sur des pourvois, je m'attache à vous en communiquer les pièces immédiatement pour vous permettre, soit de compléter les dossiers, soit de me faire connaître les observations que vous avez à présenter dans l'intérêt de l'admin. Ces communications entraînent certains délais qui varient naturellement suivant la nature et l'importance des affaires. Je ne puis à cet égard vous tracer de règles uniformes, et j'admets parfaitement que, si les questions que soulève l'examen d'un pourvoi sont du ressort des conseils spéciaux ou exigent une élude sur les lieux, il soit nécessaire de prolonger l'instruction dont elles sont l'objet; mais j'ai remarqué que, même dans les cas où les recours au contentieux ne soulèvent pas de difficultés, les réponses des préfectures se font quelquefois attendre. J'appelle sur ce point toute votre attention. Je désire vivement, en ce qui me concerne, pouvoir me conformer aux intentions qui ont inspiré le décret du 2 nov. 1864, et je compte à ce sujet sur votre concours et votre vigilance. » (10 mai 1863. Cire, du min. de l'intér. aux préfets.)

Rapports des ingénieurs sur les pourvois. Ces rapports doivent d'après les instr. du min. des tr. publ. être expédiés dans le plus bref délai possible. - Y. au § 3 ci-après. - En ce qui le concerne, le min. de l'intér. a adressé le 7 mars 1873 une cire, aux préfets pour appeler leur attention sur la nécessité d'accélérer autant que possible l'instr. des pourvois formés devant le C. d'Etat.

Effet suspensif des pourvois. - « Le recours devant le C. d'Etat n'étant pas suspensif, rien n'empêche de faire exécuter une déc. du C. de préf. dès qu'elle a été rendue. » C. d'état, 4 août 1870 (1).

Opposition aux arrêtés. - Les arrêtés du C. de préfecture sont pris par défaut ou con-

(1) Cette disposition avait fait l'objet d'une restriction dans la loi du 30 mai 1872, sur le C. d'Etat, dont quelques dispositions semblent avoir été maintenues par celle de 1879. -

V. Conseils, § 4, notamment le principe qui résulte des derniers paragr. de l'art. 24 de ladite loi, lesquels sont formulés comme il suit : « Les recours formés contre les décisions des autorités administratives continueront à n'être pas suspensifs. - Néanmoins les conseils de préfecture pourront subordonner l'exécution de leurs décisions, en cas de recours, à la charge de donner caution ou de justifier d'une solvabilité suffisante. - Les formalités édictées par les art. 440 et 441 du C. de proc, civ. seront observées pour la présentation de la caution. »

tradictoirement. Les arrêtés pris par défaut peuvent être l'objet d'une opposition devant le conseil, qui alors rend un jugement contradictoire. - C. d'état, 24 mars 1818. - (En matière de gr. voirie, il n'y a pas à notre connaissance de délai dans lequel cette opposition doit être formée.) - Arrêtés suivis d'exécution. - Lorsqu'un arrêté rendu par défaut a reçu son exécution, il n'est plus susceptible d'opposition (C. d'état, 1er août 1834, 13 avril 1842, ibid). - Le C. de préfecture reçoit la tierce opposition à ses arrêtés contradictoires. (Ibid.)

Recours contre les décisions administratives. - Y. Recours.

III. Pourvois relatifs à la police de la grande voirie (Cire. min. adressée aux chefs du contrôle, le 8 juillet 1862). « L'admin. a souvent eu l'occasion de reconnaître que les états trimestriels des décisions des C. de préfecture, en matière de contrav. de gr. voirie sur les ch. de fer. ne remplissaient qu'imparfaitement le but que l'on se propose, à savoir : d'apprécier dans chaque cas particulier les décisions rendues afin d'en poursuivre, lorsqu'il y a lieu, la réformation devant le C. d'état ; en effet, telle décision rendue au commencement du trimestre peut n'être portée à sa connaissance qu'après l'expiration du délai de pourvoi... - Pour obvier à cet inconvénient, je viens d'inviter MM. les préfets à faire parvenir mensuellement aux ingén. en chef du contrôle, chacun pour ce qui le concerne, un état dans la forme des états trimestriels et faisant connaître les arrêtés intervenus pendant le mois en matière de contrav. de gr. voirie sur les ch. de fer. - V. Contraventions, § S. - Lorsque ces états relateront des décisions contre lesquelles vous jugerez qu'il y a lieu de se pourvoir, vous aurez à provoquer de la part de MM. les ingén, sous vos ordres des rapports dans lesquels seront discutés les motifs de pourvoi. Ces rapports seront par vous transmis avec vos observations et votre avis à M. le préfet compétent avec invitation, à ce magistrat, de compléter le dossier et de l'adresser sans retard à l'admin. supér. Vous voudrez bien me donner avis de ce renvoi le jour même où il aura été effectué et me faire connaître la date du jour où vous aurez eu connaissance de la décision dont il vous paraît y avoir lieu d'appeler. - Y. plus haut, § 2, pour le point de départ du pourvoi. - L'examen des ingén. est donc toujours urgent en ces sortes d'affaires, car il importe qu'un temps moral d'examen soit réservé à l'admin. préfectorale pour discuter vos propositions et à l'admin. supér. pour apprécier l'opportunité des pourvois et les présenter en temps utile. »

Pourvois présentés par les contrevenants. - « D'un arrêt du C. d'Etat, en date du 21 juin 1866, rendu sur le pourvoi formé par l'admin. contre un arrêt du C. de préf. de la Seine, renvoyant des fins du procès-verbal dressé contre lui un sieur Gilles qui avait contrevenu à la loi du 15 juillet 1845, sur la police des ch. de fer, il résulte qu'en matière de contraventions, le contrevenant n'est pas tenu, pour faire courir les délais du pourvoi, de notifier à l'admin. les décisions qu'elle-même a provoquées, mais que ces délais courent de la date de ces décisions. » (G, d'Etat, 21 juin 1866.) -V. aussi plus haut, § 2.

Intervention des concessionnaires. - « Lorsque le C. de préfecture a renvoyé le prévenu des fins d'un proc.-verbal de grande voirie et que le min. ne s'est pas pourvu contre la décision, les concess. n'ont pas qualité pour la déférer au C. d'état et soutenir, soit qu'une contravention ait été commise, soit qu'une indemnité leur est due. » C. d'état, 12 janv. 1850, 1853 et 14 mars 1863.

Pourvois ministériels au sujet des dépens (C. d'état, 13 déc. 1878 et 7 août 1883). P. mém. - Voir, à ce sujet, le mot Grande voirie, g 2 bis.

Conditions de transport. «*- Y. Bois, Fers et Masses indivisibles.

Droit des propriétaires expropriés (au sujet des parcelles de terrain acquises en vertu de la loi de 1841 et devenues inutiles au service du chemin de fer) (Voir au mot Expropriation les art. 30 et 60 de la loi du 3 mai 1841). - Formalités de rétrocession de terrains. - V. les mots Rétrocession et Terrains.

Préemption de douane (Déclaration inexacte). - V. Douane, g 2.

I. Attributions générales. - Aux termes de l'art. 3 du décret du 28 pluviôse an vin (17 lévr. 1800), le préfet est seul chargé de l'admin. du département. - Il a le droit de faire des régi, de police d'int. gén. pour toute l'étendue du département. » (C. C., 23 sept. 1833.) Mais il ne peut par ex., dans un arrêté de conflit, remettre en question ce qui a été décidé par un décret rendu en C. d'état au sujet du même litige. (C. d'état, 19 nov. 1839.) - Les arr. préf. n'ont pas besoin, pour être exécutoires, d'être insérés au Recueil admin., ou d'être publiés à son de trompe; il suffit qu'ils aient reçu une publicité en rapport avec l'objet spécial qu'ils avaient en vue, et notamment qn'ils aient été affichés en lieu convenable. (C. G. déc. 1862.)

En matière de chemin de fer, les attr. principales des préfets ont été définies par les instr. ministérielles et notamment parla cire, et l'arrêté ministériels du 13 avril 1830 dont il sera question plus loin. Elles se trouvent réglées aussi par des décisions spéciales qui ont organisé le service de la surv. de l'état, et, enfin, par les divers documents qui ont été rendus applicables d'une manière générale au service des voies ferrées. Ces attributions, sauf les exceptions relatives aux chemins de fer d'intérêt local (voir | 8), se trouvent résumées dans les paragraphes qui suivent. - Nota. Pour ce qui concerne le préfet de police, à Paris. - V. plus loin, § 6.

Libre circulation des préfets (sur les ch. de fer). - V. plus loin, § 3.

II. Questions spéciales d'études et de travaux. - 1° Autorisation d'occuper les propriétés pour les études (V. études). - 2° Enquêtes pour la déclaration d'utilité publique et l'expr. des terrains. - V. Enquêtes, Expropriation et Terrains.

Autorisation de travaux. - L'intervention des préfets, dans la quest. d'établ. des lignes de ch. de fer, notamment en ce qui concerne les affaires d'enquête, d'expropriation, d'acquisition et d'occupation des terrains, modification de routes, chemins, etc., construction de voies d'accès, ouvertures de carrières, extraction de matériaux, règlement d'indemnités de dommages, réclamations, etc., s'exerce spécialement en vertu des lois des 16 sept. 1807, 3 mai 1841 et 13 juillet 1813 (Voir au mot Lois) et conf. aux instructions reproduites dans les articles distincts de ce recueil ; - Toutefois les projets d'ouvrages qui se rattachent à la voie ferrée ou à la traversée des routes, canaux, rivières, cours d'eau, etc., etc., sont approuvés par le ministre : - mais les rapports des ingén. du contrôle sur les projets de travaux (voies, gares et ouvrages d'art) présentés par les comp. doivent, à moins d'instruction contraire, parvenir au ministre par l'interméd. despréfets: (V. à ce sujet, au mot Projets, § 3, la cire. min. 26 oct. 1869). - Nous avons réuni, d'un autre côté, aux mots Etudes et Projets, divers documents qui concernaient l'exécution des nouvelles lignes formant le réseau complémentaire des chemins d'intér. général (Programmes de 1873 et de 1878), savoir : 1° cire. min. des 7 août 1877, 28 déc. 1878 et

9 janvier 1882 (art. études, § 2). - 2° cire. min. 21 févr. 1877 (ch. de fer concédés). - V. Projets (1).

De môme, tous les ouvrages accessoires motivés par le déplacement ou la modification des voies de communications locales sont ordin. soumis à l'approb. ministérielle pour tout ce qui concerne du moins les parties incorporées ou attenantes à la voie ferrée.

-    L'interv. de l'autorité départem. ne s'exerce à ce sujet que dans le cas où le service du ch. de fer n'est nullement intéressé aux travaux à exécuter. - V. Projets.

Lignes d'intérêt local (et travaux divers). - Y. Chemin de fer d'intérêt local.

Bornage de la voie. - V. Bornage. - Nota: les arrêtés préfectoraux relatifs au bornage des ch. de fer prescrivent ordinairement le dépôt aux archives des préfectures d'une expédition des plans et procès-verbaux de bornage.

Grande voirie. - Toutes les affaires dè gr. voirie, concernant le service des ch. de fer, sont exclusivem. du ressort des préfets et des conseils de préfecture. Les textes résumés au § 3, confirment sous ce rapport les attrib. génér. conférées à l'autorité préfectorale parles lois et régi, relatifs aux grandes voies publiques (V. Grande voirie). Les préfets sont également compétents pour prendre, lorsqu'il y a lieu, les mesures de grande voirie nécessitées par l'expl. des mines aux abords des ch. de fer (V. Mines, § 3).

-    Ils doivent communiquer aux chefs du contrôle les procès-verbaux de gr. voirie, qui n'auraient pas passé sous les yeux de ces fonctionn. (V. Procès-verbaux, § 4). - Ils doivent aussi leur adresser, très régulièrement, les relevés périodiques des décisions des conseils de préfecture. - V. Contraventions, § 5, et Pourvois, § 3.

Affaires relatives à la modification des chemins publics, cours d'eau, etc. (Examen et approb. de projets, etc.). - Y. Chemin, § 1, Cours d'eau, §§ 4 et 5, Passages, Ponts et ponceaux, Réception, Remise, Routes et Voies publiques.

III. Entretien de la voie et mesures locales. - Toutes les mesures qui concernent l'entretien de la voie de fer et de ses dépendances restent centralisées directement entre les mains du min. des tr. publ. (cire, min., 15 avril 1850. Extr.); mais d'après la même cire., « l'exécution des. mesures d'intérêt local est confiée au préfet de chaque dép. dans l'étendue de sa circonscription : telles sont les mesures de grande voirie, dont les lois et les régi, ont été rendus applic. aux ch. de fer par la loi du 15 juillet 1845, c'est-à-dire les mesures concernant la conserv. des terrassements, des ouvr. d'art et des clôtures, le mode de constr. et de fermeture des barrières, la chaussée et les abords des passages à niveau, l'alignement des constr. riveraines, l'écoulement des eaux, l'occupation temporaire des terrains pour réparations et extraction de matériaux nécess. à l'entretien, les plantations et dépôts de matériaux aux abords des ch. de fer, l'établ. des couvertures en chaume et les dépôts de matières inflammables, etc. ; les mesures concernant la police extérieure des chemins de fer et de leurs abords, et notamment l'entrée et le stationnement des voitures dans les cours des gares et stations; les mesures relatives aux vendeurs de journaux, aux marchands de comestibles et à l'établissement des buffets dans les stations. » - Voir les mots correspondants de ce recueil.

(i) A l'occasion du surcroît considérable d'écritures que l'exéc. du grand progr. de nouveaux travaux devait imposer aux bureaux des préfectures, l'invitation suivante avait été adressée aux ingén. de l'Etat: Concours à prêter aux préfectures pour la préparation et l'expédition des affaires. « Il importe dans l'intérêt même de la bonne marche de leurs services, que les ingén. n'hésitent pas à dresser eux-mêmes les pièces dont la préparation devrait à la rigueur incomber aux préfectures, mais ne nécessite cependant pas l'interv. personnelle des préfets ou des fonctionn. et employés de leurs bureaux. » (Extr. d'une cire, du min. des tr. publ. aux préfets et par ampliation aux ingénieurs, 10 févr. 1880.)

Ces dispositions ont été résumées dans l'art. 2 de l'arr. minist. du 15 avril 1850 :

Art. 2. - « Les mesures d'intérêt local concernant la conservation des bâtiments, ouvrages d'art, terrassements et clôtures, des abords des gares et stations, des passages à niveau, des ponts, rivières ou canaux traversant les chemins de fer, y compris la police des cours dépendant des stations, et en général toutes les questions relatives à l'exécution des titres I et II de la loi du 1b juillet 1845, sur la police des chemins de fer, sont dans les attributions des préfets des départements traversés. » - V. Contrôle, Lois et Ordonnances.

Nous rappellerons seulement que d'aprôs les art. 1 et 4 de l'ordonn. du 15 nov. 1846, et l'art. 21 de la loi du 15 juill. 1845, les arrêtés pris par les préfets pour la police des cours des gares et le service des barrières des passages à niveau, ainsi que les autres arrêtés préf. ayant pour objet la police, la sûreté et l'expl. des ch. de fer, n'ont force de régi, qu'après avoir reçu l'approb. du min. des tr. publics (1).

Cours des gares. - La question de réglementation de l'entrée et de la circulation des voitures publiques dans les cours des gares a soulevé des difficultés au sujet desquelles nous avons donné les indications nécessaires au mot Cours. - En principe, « les préfets tiennent, des lois spéciales sur l'établ. des ch. de fer, le droit de prendre des arrêtés réglant la police des gares ; dès lors, on ne pourrait alléguer que les arrêtés pris sur cet objet portent entrave à telle ou telle industrie particulière pour en éluder les prescriptions ; ils sont exécutoires jusqu'à ce qu'ils aient été réformés par l'autorité supérieure. » (C. G., 6 déc. 1862.) - « Il suffit, d'ailleurs, pour que ces arrêtés soient exécutoires, qu'ils aient reçu une publicité en rapport avec l'objet spécial qu'ils ont en vue, et notamment qu'ils aient été affichés dans la gare. » (Ibid.)

Passages à niveau. - Comme on l'a vu plus haut, les préfets ont à statuer, sous l'approbation du min. des tr. publ., sur diverses affaires locales concernant notamment le mode de fermeture et de service des barrières, des passages à niveau (Voir à cet égard les renseignements détaillés résumés au mot Passages à niveau, où nous avons reproduit les extraits de la loi du 15 juillet 1845 et de l'ordonn. du 15 nov. 1846 relatifs à cette partie du service, ainsi que le modèle de régi. gèn. adopté par l'administration).

Mesures diverses. - Enfin l'art. 70 de l'ordonn. du 15 nov. 1846 a subordonné à l'approb. du préfet diverses industries qui s'exercent dans l'intérieur des gares. Nous ne pouvons, à ce sujet, que renvoyer aux art. distincts Bibliothèques, Buffets, Industries, Journaux et Vente. - Voir aussi, au § 5, ci-après, le rappel de diverses dispositions d'intérêt général se rattachant au service des chemins de fer, notamment en ce qui concerne les mesures à prendre au sujet des épidémies, du phylloxera, de la police sanitaire des animaux, etc.

IV. Surveillance du matériel. - « Jusqu'à nouvel ordre, les préfets seront appelés à statuer sur tout ce qui concerne la mise en circulation ou l'interdiction des machines locomotives ou des voitures affectées au transport des voyageurs sur les ch. de fer qui prendront leur point de départ dans leur département. Ils donneront régulièrement avis au min. des arrêtés qu'ils auront pris à ce sujet. Les permis de circulation, délivrés dans un département, sont valables pour toute l'étendue de la ligne à laquelle appartiennent les machines locomotives ou les voitures que ces permis concernent, et même, pour les voitures, aux lignes d'embranch. ou de prolongem. sur lesquelles les nécessités du parcours commun les appellent à circuler. (Cire, précitée, 15 avril 4850.) Ces disposi-

(1) Les frais d'impression des arrêtés dont il s'agit, en ce qui concerne les chemins de fer concédés, sont à la charge des compagnies, auprès desquelles les préfectures doivent en poursuivre le payement ou le remboursement. (Applic. de l'art. 33 du cah. des ch.) - V. Impressions.

tions sont indépendantes de la haute surveillance exercée par le ministre, en ce qui concerne l'installation, l'entretien, la conservation, et, s'il y a lieu, l'augmentation du matériel. - Pour les formalités de réception du matériel, nous renvoyons aux mots Estampillage, Matériel, Réceptions, Roulage, Voitures et Wagons.

Surveillance des machines fixes. - « Les attributions des préfets comprennent également les mesures qui concernent les machines à vapeur fixes destinées à mettre en mouvement les tours et autres appareils des ateliers de réparations, où à faire marcher les pompes qui alimentent les prises d'eau pour les machines locomotives ; mais par dérogation aux règles du service départemental, la surv. de ces machines fixes et appareils à vapeur sera confiée désormais aux ingén. du contrôle. » - Cire, précitée, 15 avril 1850 (Extr.). - Y. Alimentation, Machines, Prises d'eau et Réservoirs.

Surveillance des appareils de pesage. - Y. Poids et Mesures.

V. Affaires d'exploitation (et service général). - En dehors des points ci-dessus énumérés, les préfets ont à prendre certaines mesures et ont à recevoir, dans la limite qui va être indiquée ci-après, divers documents et renseign. soit pour le personnel, soit au sujet des faits de l'expl. proprement dite des ch. de fer.

Libre circulation des préfets sur la voie. - Le transport gratuit est dû aux préfets dans l'étendue de leur département, dès qu'ils se déclarent en tournée de service sur le chemin de fer. - V. Libre circulation.

Surveillance du personnel de la compagnie. - Cette surv. est exercée conf. aux règles rappelées aux mots Agents et Personnel. Les préfets ont d'ailleurs, pour mission d'agréer, sur la proposition de la comp. et l'avis du chef du contrôle, les agents proposés pour Y assermentation. - V. ce dernier mot.

Personnel du contrôle. - Les propositions de fin d'année (avancem. et indemn.), concernant les fonctionn. et agents de l'admin. des tr. publ. attachés aux services de contrôle des ch. de fer, sont ordin. transmises, vers la fin de chaque année, au min. par l'interm. des préfets. - V. Feuilles signalètiques.

En général, toutes les demandes relatives au personnel administratif, sur lesquelles il doit être statué par le ministre (congés de plus de 10 jours, indemnités de secours et de fin d'année, frais de voyage, affaires de comptabilité, etc.), doivent toujours, à moins d'urgence absolue, être transmises à l'admin. supér., par Tinterai, des préfets (V. Congés, Personnel et Secours). - Rapports des préfets avec les services de contrôle (V. les mots Contrôle, Conseils, Personnel, et généralem. tous les articles de ce recueil qui peuvent intéresser l'adm. préf.). - Voir aussi au mot Instruction, § 2, la cire. min. du 2 juill. 1863 relative à la prompte expédition des affaires de service.

Affaires diverses du personnel du chemin de fer. - V. Personnel.

Communication à faire aux préfets par les Compagnies, d'une part au sujet de l'organisation de la marche des trains (V. Ordres de service), d'autre part au sujet de la présentation et de l'affichage des tarifs. - V. Publicité et Tarifs.

En général, le ministre s'est réservé de statuer directement sur tout ce qui concerne le service de l'exploitation ; mais d'après l'art. 2 de l'arr. minist. du 15 avril 1850, « chaque préfet prend dans l'étendue de son département, les mesures nécessaires pour rendre exécutoires les règlements et instructions concernant le public. »

Telles sont, par exemple, les dispositions applicables à la publication des tarifs, celles relatives aux compartiments réservés dans les trains et les autres mesures intéressant les voyageurs et les commerçants. Les préfets reçoivent, d'ailleurs, directement des compagnies un double de leurs propositions de tarifs, et ils doivent, conf. à diverses instructions (V. Tarifs, § 7), communiquer ces propositions aux chambres de commerce qu'elles intéressent. Mais en cas de réclamation, ils n'ont aucune mesure à prescrire, et ils doivent se borner à soumettre leurs observations au min. des tr. publ. qui est seul compétent pour homologuer ou modifier les tarifs.-En ce qui concerne

les lignet d'intérêt local, les formalités relatives aux tarifs sont un peu différentes. - V. à ce sujet Chemin de fer d'intérêt local, § 1, loi H juin 1880 et applications.

Plaintes diverses. - C'est également au ministre et non aux préfets qu'il appartient de connaître des plaintes administratives concernant la régularité du transport des voyageurs et des marchandises. Les préfets sont saisis seulement, comme nous l'avons dit plus haut, des réclamations d'intérêt local qui se rattachent au service de la voie, telles que les affaires de dommages, écoulements d'eau, incendie et inondations de propriétés riveraines, etc. - V. ces divers mots.

Transport d'aliénés, de prisonniers, d'indigents, etc. - L'admin. préfectorale doit prendre, lorsqu'il y a lieu, les dispositions et donner aux gares les avis nécessaires pour le transport des aliénés, des prisonniers et des indigents (Voir ces mots). - Voir aussi au mot Militaires, pour tout ce qui concerne les transports de l'armée et de la marine.

Accidents et retards. - Les communications à adresser aux préfets doivent porter enfin sur tous les faits et circonstances de nature à intéresser le bon ordre et la sûreté publique ; ainsi, par exemple, indépendamment des avis d'accident qui doivent parvenir à l'autorité locale, à la diligence de la comp., en vertu de l'art. 59 de l'ordonn. du 15 nov. 1846, les commiss. de surv. admin. doivent adresser aux préfets des dépêches télégraphiques pour tous les accidents graves qui se produisent sur le chemin de fer (V. Accidents). - Voir aussi au n° 6° ci-après.

Les compagnies sont également tenues (cire, minist., 30 janvier 1856) de faire connaître aux préfets les retards d'une heure et au-dessus, survenus dans la marche des trains de voyageurs (V. Retards). Les commiss. de surv. doivent s'assurer, de leur côté, que ces avis sont exactement envoyés. - V. aussi au n° 6° ci-après.

En un mot, les préfets ont le droit, comme chefs supér. du service admin. dans leur départent., de réclamer des insp. et commiss. de surv., ainsi que des ingén. du contrôle des ch. de fer, dans les limites de leurs attrib. respectives, tous les renseign. propres à les éclairer sur les faits de l'exploitation (Cire, min., 13 nov. 1852).

Faits principaux d'exploitation à signaler aux préfets. - (Extr. de la cire. min. du 8 janvier 1855, adressée aux chefs du contrôle) : « Il faut que les administrateurs placés à la tête des départements traversés soient mis à même d'exercer, dans la plénitude de leurs pouvoirs, la part d'action qui leur a été attribuée par le régi, du 15 nov. 1846, l'arr. min. et la cire, du 15 avril 1850. » - Nous donnons, à ce sujet, le corps principal des instr. dont il s'agit :

Extr. de la cire. min. tr. publ. 8 janv. 1855. - Aux termes de la cire. min. du 15 avril 1850, l'exéc. des mesures d'intérêt local reste confiée au préfet de chaque dép., dans l'étendue de sa circonscription. Au nombre de ces mesures sont expressément rangées celles qui concernent la police extérieure des ch. de fer et de leurs abords, l'entrée et le stationnement des voitures dans les gares et stations, la vente des journaux et des comestibles et l'établ. des buffets dans l'intérieur des gares.

Conf. à la même cire., indépendamment des arrêtés que les préfets ont à prendre, chacun dans sa circonscription, pour rendre exécutoires lesdécis. min. qui concernent le public et notamment celles qui ont pour objet la perception des taxes, ils sont appelés à donner leur avis à l'adm. supér. sur les questions qui se rattachent aux intérêts placés sous leur sauvegarde, sur la fixation des heures de départ et du nombre des convois, sur les applications et modifications des tarifs, pour lesquels les comp. sont tenues de leur communiquer leurs propositions. Elle porte, en outre, que l'ing. en chef du contrôle, déjà placé sous les ordres des préfets pour toutes les parties du service qui sont de leur ressort immédiat, devra leur fournir tous les renseign. qui leur paraîtraient utiles et qu'ils lui demanderaient sur l'ensemble et sur les détails de l'exploitation, et le charge de notifier à la comp. les arrêtés pris par les préfets.

« D'un autre côté, la réglementation spéc. aux ch. de fer n'a pas enlevé ces voies de communication à la surv. et à l'action que les préfets doivent exercer sur tous les points de leurs départements respectifs, dans l'intérêt de l'ordre, de la police et de la sûreté générale.

« Tels sont les principes généraux dont il est indispensable que les chefs du contrôle fassent

la base de leurs rapports avec les préfets et qui m'amènent naturellement à parler des communications qu'ils doivent faire à ces magistrats, soit à Paris, soit dans les départements.

« Il importe que les préfets sachent si les régi, publiés par eux pour la police des cours, gares et stations sont exactement observés, si les vendeurs de journaux et de comestibles, admis dans les dépendances des stations, sont pourvus de permissions régulières et s'ils se conforment aux conditions qui leur ont été imposées, et si les buffets sont légalement autorisés, s'ils sont tenus d'une manière convenable, et si les objets de consommation ne s'y vendent pas à des prix exagérés. » - Enfin, les dernières reconnu, de la cire, aux chefs du contr. étaient les suivantes :

« Vous devez aussi avertir les autorités préfectorales de toutes les irrégularités qui auraient lieu dans le mouvement des convois, des départs de trains extraordinaires, des changements survenus dans les ordres de service (V.

Contactez-nous